August 19, 2017, Saturday, 230

Le Joker (The Dark Knight Returns)

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès
Cet article concerne le criminel des films Batman: The Dark Knight Returns. Pour les autres interprétations du personnage, voir le Jokeralt=Page d'aide sur l'homonymie

Dans les films Batman: The Dark Knight Returns, le Joker est un criminel et ennemi de Batman et Robin.

Sommaire

Personnage de DC Universe Animated Original Movies
Le Joker
Première apparition Batman: The Dark Knight Returns (1)
Dernière apparition Batman: The Dark Knight Returns (2)
Nom Le Joker
Nom original (VO) The Joker
Identité réelle Inconnue
Statut Criminel
Sexe Masculin
Âge Inconnu
Origine La Terre (humain)
Cheveux Verts
Yeux Gris
Pouvoirs Aucun
Armes Adepte des armes chimiques tout comme des armes à feu, le Joker peut requérir à l'emploi d'objets du quotidien qu'il transforme en armes mortels, comme par exemple un mug brisé pour égorger ses victimes.
Caractéristiques Tueur psychotique extrêmement dangereux et totalement imprévisible.
Lieu d'action principal Gotham City
Voix originale(s) Michael Emerson
Voix française(s) Jérôme Pauwels (Film 1)
Xavier Fagnon (Film 2)
Personnage créé par Jerry Robinson, Bill Finger et Bob Kane (personnage original)
Frank Miller (version présente)
Date de création 1940 (personnage original)
1986 (version présente)
Personnages des filmsForum

D'après le film

Alors qu'il vient de passer dix ans à Arkham dans un état catatonique, le Joker, la plus grande menace qu'ait connu la ville de Gotham, s'éveille lorsqu'il apprend que Batman est sorti de sa retraite.

Il choisit d'organiser son évasion pour affronter une nouvelle fois son ennemi de toujours. À cette fin, il manipule son psychiatre, le docteur Bartholomew Wolper, afin que ce dernier le fasse participer à une émission télévisée. C'est donc pendant le show de Dave Endochrine dont il est l'invité que le Joker tue toutes les personnes présentes dans le studio, à commencer par le Dr. Wolper qu'il égorge avant que Bobby et Mary ne répandent leur gaz hilarant, le Joker bénéficiant de filtres nasaux lui permettant de respirer sans mourir de rire.

Le Joker se rend ensuite chez Kyle Escorts et y retrouve une Selina Kyle terrifiée. Il manipule celle-ci grâce à son rouge à lèvres afin qu'une de ses escort girls, Elsie, contrôle l'esprit d'un membre du Congrès en usant du même procédé.

Batman et Robin finissent par retrouver la trace du Joker à la fête foraine. Batman prend alors immédiatement en chasse son ennemi juré qui lui répond en tirant avec son arme dans toutes les directions et en faisant un nombre de victimes considérable. À l'issue d'une poursuite qui s'achève dans le Tunnel de l'Amour, le Joker avoue ses vrais sentiments à Batman mais ce dernier, ne supportant plus de voir les victimes du clown s'accumuler, lui tord le cou, avant de renoncer finalement à le tuer. Le Joker choisit alors de s'achever lui-même en terminant de se briser la nuque afin que Batman soit accusé de son meurtre. Quelques instants après, le corps du clown s'embrase, piégé par le Chevalier Noir, mais son rictus reste reconnaissable, même à travers les flammes.








D'après la BD originale

Dans cette section, nous traitons spécifiquement du Joker du comic-book The Dark Knight Returns de Frank Miller, publié au cours de l'année 1986. Pour lire la globalité de la carrière du personnage dans les comics du DCU, cliquez sur ce lien.

Les deux films Batman: The Dark Knight Returns étant très fidèles à l'histoire d'origine, les différentes apparitions du Joker y sont sensiblement les mêmes que dans la version papier, parfois à la case près. La différence la plus singulière qu'il convient de relever est qu'avant le retour de Batman, le Joker ne semble pas dans un état d'absence comme dans le film. Au contraire, il est capable d'interagir avec les autres personnes, lire et fumer (ce qui ne sera pas montré dans la version animée, le tabac étant souvent supprimé des adaptations DC) et participe même aux plans de Double-Face depuis sa cellule. Le premier film a choisi de dépeindre un Joker d'une telle passivité, proche de la catatonie, pour appuyer plus encore le fait qu'il n'a rien à attendre de la vie sans Batman (et créant par la même occasion un cliffhanger efficace). Le passage à la télévision s'avère également quelque peu différent, le Joker n'étant accompagné sur le plateau que du docteur Wolper et du journaliste Dave Endochrine, dont les mises à mort sont plus explicites dans le film (et viennent en quelque sorte "remplacer" celle du docteur Ruth Weisenheimer, présente sur le plateau et tuée par un baiser empoisonné du sinistre clown dans le comic mais qui n'est que mentionnée dans l'adaptation). Aussi, le film met moins l'accent sur l'attirance sexuelle du psychopathe pour Batman et ne montre pas la mort de jeunes scouts après qu'il leur a donné de la barbe à papa empoisonné.

Analyse

Avec The Dark Knight Returns, Frank Miller a complètement réinventé le Joker. Si, sous la plume de Denny O’Neil, le criminel apparaissait déjà comme un meurtrier violent et psychopathe dans les années 1970, c'est véritablement Frank Miller qui va en faire un personnage effrayant. À chacune de ses apparitions à partir de sa sortie d’Arkham, le Joker commet des tueries de masse entre le gazage de tout un public d'une émission de télévision, l'empoisonnement d'enfants avec de la barbe à papa (rare passage censuré par l'adaptation animée) ou encore une fusillade dans une fête foraine. C'est à partir de ce comic que le Joker va devenir le symbole de la terreur dans l'esprit des habitants de Gotham.

C'est également la première fois que le Joker apparaît comme dépendant de Batman. Batman est la raison d'être de tous les actes commis par le Joker. Preuve en est que, pendant l'absence de Batman, il est plongé dans un état catatonique, presque de mort, car, sans lui, le clown n'a plus d'intérêt pour la vie ni l'envie tout simplement de vivre. Le DCAU reprendra cette idée dans l'épisode L'homme qui tua Batman de Batman : La Série animée dans lequel le Joker reconnaît que sans son ennemi juré, le crime n'a rien d'amusant.

Mais Frank Miller va pousser cette relation plus loin encore en suggérant que le Joker est attiré sentimentalement par Batman. En effet, lorsque Batman réapparaît, il l'appelle « chéri » et, lors de leur confrontation finale, le Joker lui avoue son amour. Le fait que cette scène se déroule d'ailleurs dans le « Tunnel of Love » d'une fête foraine renforce ce sentiment. Pour le scénariste Bob Goodman, le Joker apparaît dans cette œuvre comme un pansexuel au sens où il est attiré sentimentalement ou sexuellement par différentes personnes sans considération pour leur sexe ou leur genre. Après avoir annoncé à son homme de main, Abner, qu'il pourrait l'embrasser, il n'hésite pas à passer à l'acte avec le docteur Ruth Weisenheimer afin de l'empoisonner (scène absente de l'adaptation animée) ou encore avec Selina Kyle, cette fois dans l'optique de la manipuler. Quant à Grant Morrison, il voit dans le Joker de Frank Miller une incarnation de David Bowie pour son sens de la mise en scène, du travestissement et, là encore, l'ambiguïté de sa sexualité.









Notes sur le design

Comme dit précédemment, le film étant esthétiquement très proche du style graphique de Frank Miller, le design du Joker dans les films est naturellement fidèle à celui du comics. On peut noter que la veste du Joker dans le comics original est parsemé de motifs là où celle du film reste blanche.

---

Voix originale

La voix du Joker dans la version originale est celle de Michael Emerson, dont la prestation sinistre et dérangée fut saluée par la critique et les spectateurs.

Voix françaises

Pour sa seule réplique dans le premier film, le doublage du Joker est assuré par Jérôme Pauwels. Pour la seconde partie, ayant un rôle bien plus conséquent, le personnage retrouve Xavier Fagnon, sa voix habituelle de l'époque dans les diverses productions animées DC. On ne peut que saluer le fait que ce dernier abandonne ici le timbre "cartoonesque" qu'il a l'habitude de donner au clown au profit d'un timbre plus sombre et parfaitement adapté à l'ambiance du film, le personnage en devenant plus effrayant.

Références

Sources images et infos :