February 18, 2020, Tuesday, 48

Mad Love (BD)

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Mad Love est un numéro spécial de la bande dessinée The Batman Adventures, elle-même inspirée de Batman : La Série animée.

Cette histoire, ultérieurement adaptée pour la télévision dans la série The New Batman Adventures (épisode Mad Love), raconte les origines d'Harley Quinn et sa rencontre avec le Joker.

Batman : La Série animée
BD
Titre original Mad Love
[Amour Fou]
Série The Batman Adventures
Numéro / Date HS / 1994
Continuité Certaine
Couverture Bruce Timm
Scénario Paul Dini et Bruce Timm
Dessins Bruce Timm et Glen Murakami
Couleurs Bruce Timm et Rick Taylor
Lettrage Tim Harkins
Nombre de planches 64
← Précédent Suivant →
Annual n°2 Mask of the Phantasm
Guide des épisodes BD

Sommaire

Histoire

Après avoir sauvé le Commissaire Gordon d'une attaque du Joker, Batman évoque avec Alfred les origines d'Harleen Quinzel…

Cette dernière, de son côté, cherche sans succès à dérider son psychopathe de compagnon : le Joker en effet est déprimé de ne pas trouver de plan original pour tuer Batman. Mise à la porte par le Joker, Harley se remémore leur première rencontre, alors qu'elle débutait un nouvel emploi à l'asile d'Arkham : très vite, la soignante a été attirée par son patient, au point d'en tomber amoureuse, de le faire évader et de devenir sa complice…

Dorénavant, Harley Quinn semble regretter cette alliance et propose à Batman de l'aider à arrêter le Joker, en échange d'une protection policière. Cette proposition se révèle être un piège, et le justicier de Gotham City se retrouve suspendu pieds et poings liés au-dessus d'un aquarium de piranhas…

Le Joker, furieux de l'initiative de sa complice, la projette dans le vide du haut d'un immeuble, puis libère Batman avant de se raviser et d'essayer de le tuer, sans y parvenir naturellement…

Désillusionnée et de retour à Arkham, Harleen se promet de mettre un terme à sa folle relation avec le Joker… puis découvre une rose offerte par son « poussin », qui balaie ses bonnes résolutions…

Images

Différentes couvertures :

  • 1. Couverture souple
  • 2. Couverture de l'édition prestige
  • 3. Essai de couverture rejeté
  • 4. Variante spéciale Flash par Bruce Timm

Quelques pages :

Commentaires

Liens avec le DC Animated Universe

L'intégration de cette bande dessinée dans la continuité du DCAU ne fait aucun doute, dès lors que l'histoire a été adaptée dans l'épisode Mad Love de la série The New Batman Adventures.

On notera par ailleurs que les quelques pages qui n'ont pas été transposées à la télévision sont des flash-backs ou des évènements fantasmés : ils ne remettent pas en cause l'appartenance de la BD à la continuité.

Détails

Quelques détails :

  • Cet album a reçu le Eisner Award de la meilleure histoire en 1994. La même année, Bruce Timm était nominé dans la catégorie "Best Penciller/Inker or Penciller-Inker Team" pour son travail sur cet album .
  • Il s'agissait de son premier travail d'envergure dans le domaine de la bande dessinée, dès lors qu'il s'était auparavant limité à de courtes BD pour Les Maîtres de l'Univers.
  • La scène d'introduction dans laquelle le Joker reçoit Gordon dans un cabinet dentaire avait originellement été écrite pour l'épisode Le Joker fou, mais finalement mise de côté.
  • Le décor du repaire d'Harley (« l'Aquacade ») est réalisé d'après le restaurant « The Paradise », situé dans les bureaux de la Warner.
  • Une certaine limite a été imposée à Bruce Timm par l'éditeur Scott Peterson, pour éviter les scènes trop suggestives avec Harley Quinn (la couleur de sa nuisette, notamment, ou la scène de "la révision de sa Harley").
  • Paul Dini, fan d'animaux empaillés, a offert un piranha à Bruce Timm à l'occasion de leur collaboration sur cet album. Il a terminé à la poubelle lors d'un déménagement, sans aucuns regrets.

Adaptation

L'adaptation réalisée pour la série The New Batman Adventures est extrêmement fidèle au matériel original. Ses plans reprennent systématiquement ceux de la bande dessinée, et les dialogues en sont proches. On remarquera néanmoins la transposition des designs de The Batman Adventures (ceux de la série BTAS) vers le style plus épuré de The New Batman Adventures.

Seules quelques planches ne sont pas retranscrites. Parmi celles-ci, on pourra regretter que la période estudiantine d'Harleen, qui montre sa validation de thèse, ait été "censurée"…

  • Ci-dessous, quelques planches mises en parallèle avec le dessin animé :
  • Quelques planches qui n'ont pas été transposées dans l'épisode :

Références culturelles

Quelques références culturelles :

  • Harley entonne en nuisette les premiers mots de la chanson enjouée I Feel Pretty entendue dans le drame musical West Side Story. Plus tard dans la même scène, elle enchaine en modifiant les paroles (« Oh, sweetie... I got the whoop-ee cushion ») dirigées vers le Joker.
  • On distingue dans la vitrine du magasin de farces et attrapes le masque d'Hannibal Lecter.

---

  • D'après l'aveu de Bruce Timm lui-même, la scène pendant laquelle le Joker fait les cents pas devant le téléphone qui sonne est tirée d'une séquence de Batboy and Rubin, de Harvey Kurtzman.
  • De même, la chute d'Harley depuis la fenêtre d'un immeuble est inspirée de l'épisode n°29 de la série Tomb of Dracula, dessiné par Gene Colan.
  • Le magazine que lit Gordon dans la salle d'attente du dentiste est intitulé « Highlights » : il s'agit d'un magazine réel, édité à destination des enfants américains depuis 1946.
  • Comme dans la version animée, un caméo de Paul Dini est fait sous les traits d'un patient d'Arkham.
  • Lorsque Harley fantasme sa vie future avec le Joker et leurs enfants, on distingue deux lapins pendus au plafond, qui ressemblent fortement à Babs et Buster Bunny


On note à ce propos que Bruce Timm avait justement participé, avant le DCAU, aux storyboards de la série des Tiny Toons et que Harley fait référence, comme dans la VO de l'épisode animé, aux Looney Tunes

Publications françaises

Cette histoire a été publiée dans les épisodes 10 à 18 du Batman Magazine, à un rythme de sept pages par mois.