November 23, 2014, Sunday, 326

Le Joker fou

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Le Joker fou (Joker's Wild) est, selon l'ordre idéal, le 41e épisode de Batman : La Série animée.

Batman : La Série animée
Épisode
Titre français Le Joker fou
Titre original Joker's Wild [La Folie du Joker]
N° ordre idéal 41
N° de prod. 540
1re diff. USA FOX (jeudi 19 novembre 1992)
1re diff. francophone Canal+ France (date inconnue)
Format image 4/3 (Full screen)
Durée ± 21 minutes
Scénario Paul Dini
Réalisation Boyd Kirkland
Supervision musique Shirley Walker
Musique Todd Hayen
Studio d'animation Akom Production Co.
Mr. Big Cartoons (layout)
← Précédent Suivant →
L'Énigme du Minotaure Le Tigre de la nuit
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

Asile d'Arkham. Alors que le Joker s'adonne à l'un de ses passe-temps favoris, enquiquiner son monde et plus particulièrement l'Empoisonneuse, il apprend à la télévision qu'un homme d'affaires, Cameron Kaiser, vient d'inaugurer un casino à son image ! Cette initiative mercantile fait bouillir le criminel qui s'évade alors de l'asile, sans se rendre compte que cette évasion est un peu trop facile...

Batman quant à lui, perplexe devant la stratégie publicitaire pour le moins singulière de Kaiser, se rend sur place pour enquêter. Il découvre que l'homme d'affaires s'est ruiné en construisant le casino et en déduit son but officieux : amener le Joker à tout détruire pour récolter l'argent de l'assurance.
Pendant ce temps, le criminel se familiarise avec les lieux à sa manière puis passe à l'action en préparant l'explosion de l'établissement. C'est le moment pour Kaiser de prendre la fuite et, lorsque Batman tente de l'en empêcher, il le met hors d'état de nuire et le livre au clown psychopathe.

Batman révèle à son ennemi les véritables intentions de Kaiser. Le Joker décide alors de régler ses comptes directement avec le bonhomme, après avoir attaché le Chevalier Noir sur une immense roulette de jeu piégée. Celui-ci s'en sort de justesse. Le Joker rattrape Kaiser et alors qu'il le tient à sa merci, Batman maitrise le criminel après un rude combat aérien. Le clown est ramené à l'asile qui reprend alors son train de vie habituel.

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Batman / Bruce Wayne Kevin Conroy Richard Darbois
Alfred Pennyworth Efrem Zimbalist Jr. Jacques Ciron
Summer Gleeson Mari Devon Régine Teyssot
Le Joker Mark Hamill Pierre Hatet
Cameron Kaiser Harry Hamlin Bernard Lanneau
Le garde de sécurité Ernie Hudson Gilbert Lévy
Irving Brion James Jean-Jacques Nervest
L'Empoisonneuse Diane Pershing Véronique Augereau
Le Chapelier Fou * Gilbert Lévy
L'Épouvantail * Gilbert Lévy
Le présentateur TV Roger Rose *
Un infirmier * Gilbert Lévy
Un croupier * Jean-Jacques Nervest
Un homme de Kaiser * Gilbert Lévy
La fleuriste à la télévision * Régine Teyssot

Remarques

Pour leur courte réplique, qui est d'ailleurs dite en commun, l'Épouvantail et le Chapelier Fou ne sont pas doublés par leurs interprètes VF habituels mais par Gilbert Lévy. L'Empoisonneuse, quant à elle, est bien doublée par Véronique Augereau comme précédemment.

Commentaires

Titres

  • Le titre français est quasiment identique à l'original, la légère reformulation ayant sans doute pour but de le rendre plus agréable aux oreilles francophones que sa traduction littérale ne l'aurait été (notamment lorsqu'il est prononcé en tant que nom du casino).
  • Le titre VO fait référence à un ancien jeu télévisé intitulé The Joker's Wild. Les candidats devaient répondre à une série de questions sur une catégorie déterminée par une sorte de machine à sous.
  • On notera également qu'un épisode de la série live des années 60 possédait un titre similaire : The Joker is Wild.
  • L'écran-titre représente en gros plan le visage du Joker, évoquant ainsi le mécanisme tournant au sommet du casino.
Écouter la musique de fond

Analyse

  • L'état d'esprit de cet épisode est évoqué dès son titre : c'est la folie du Joker qui sera au premier plan ici (on remarquera d'ailleurs que toute la première partie se déroule à l'asile). Elle sera toutefois développée de manière bien particulière car le clown peut ici être considéré comme la victime de l'histoire, manipulé pendant la majeure partie de l'épisode. Pris de court, il ne peut préparer des plans bien calculés comme il l'avait fait dans Heureux comme un poisson dans l'eau et se voit contraint d'improviser en terrain inconnu (bien que construit à son effigie). Ce qui n'empêche pas le Joker de faire le pitre : les scènes où il se fait passer pour un croupier sont pour le moins cocasses, tout comme celle de son évasion. Cette dernière manque un peu de crédibilité même si on comprend par après que certains gardes étaient à la solde de Kaiser. Le personnage n'a donc pas totalement perdu de sa superbe et il la retrouvera de toute manière pleinement une fois le pot aux roses révélé.
  • Cette orientation permet également de mettre au grand jour un autre aspect du personnage : son égo démesuré. Si sa colère lorsqu'il apprend comment son image est exploitée peut encore paraître "sensée", on sera plus attentif à sa rage lorsque Bruce Wayne fait des insinuations sur son physique ou lorsque ce dernier le bat au black-jack, révélant que le Joker est particulièrement mauvais joueur et qu'il ne supporte pas qu'on se moque de lui (comme il le montre également à l'asile). On n'ose imaginer sa réaction s'il avait su que le millionnaire s'était joué de lui au point de tricher sans qu'il s'en aperçoive !
  • Même s'il est quelque peu en retrait, Batman n'est pas non plus en reste puisque c'est lui qui dévoile au grand jour les plans de Kaiser. On notera qu'il use de son alter-ego pour les besoins de son enquête, comme il avait pu le faire auparavant dans La Prophétie du dôme ou L'Étrange Machine du docteur Strange. La scène susmentionnée où Wayne joue avec le Joker, pour s'assurer de la présence du clown, est révélatrice d'un certain plaisir que prend Bruce à humilier son ennemi sans qu'il puisse réagir (ne devant pas trop se faire remarquer).
  • Sur le plan de la réalisation technique, Bruce Timm préférera se passer des services du studio Akom Production Co., ne jugeant pas satisfaisants leurs divers travaux sur la série. Il est vrai qu'on note plusieurs défauts graphiques tout au long de l'épisode : le noir autour des yeux du Joker est souvent trop accentué ou à l'inverse, oublié sur quelques passages tandis que Jervis Tetch et, dans une moindre mesure, Jonathan Crane sont particulièrement ratés.
  • Côté musique, le compositeur Todd Hayen s'approprie le thème du Joker, le rendant plus sombre et nerveux. Le contraste avec les pitreries du criminel est particulièrement réussi.

Le doublage est somptueux aussi bien en VO qu'en VF. Les comédiens principaux sont toujours aussi convaincants sur leurs personnages respectifs et on saluera l'excellente performance de Bernard Lanneau sur Kaiser, chaque aspect du personnage est brillamment rendu.

Détails

Quelques remarques :

  • Robin, le commissaire Gordon et Bullock n'apparaissent pas dans cet épisode.
  • Les scènes à l'asile d'Arkham permettent de revoir certains personnages non concernés par l'épisode. Si Pamela Isley a l'honneur de quelques répliques lors d'une dispute avec le Joker, nous voyons en effet Jonathan Crane en train de jouer aux échecs avec Jervis Tetch, qui a curieusement conservé son célèbre couvre-chef de Chapelier Fou. On notera également, d'ailleurs, que Pamela a les chaussures vertes de sa tenue de Poison Ivy.
  • Harley Quinn apparaît à son tour, à la fois en caméo sur une photo dans le dossier que Kaiser a réuni au sujet du Joker, mais également à travers les nombreuses hôtesses du casino qui sont déguisées comme elle.
  • L'émission que veut regarder le Joker (voir plus bas) sera visionnée par le Parasite dans l'épisode Double Dose de Superman TAS. C'est d'autant plus amusant quand on sait que ce même Parasite est doublé par Brion James, alias Irving dans l'épisode qui nous concerne, ce dernier étant le garde qui change à nouveau de chaîne juste après.
  • Fait assez exceptionnel dans cette série, le Joker brise le quatrième mur en s'adressant au téléspectateur lors de son évasion : il conseille en effet de ne pas essayer de reproduire la cascade qu'il s'apprête à réaliser.
  • Lorsque Batman consulte les dossiers de Kaiser, on peut voir brièvement le nom de Jack Napier, qui serait la véritable identité du Joker avant sa défiguration (information mise en doute dans Prenez garde au Creeper).
  • Le thème de Batman est joué lorsque le justicier se bat contre Irving, lorsqu'il se jette sur la Jokermobile puis lors de la bataille finale dans les airs.
  • Le thème du Joker est joué pendant l'enquête de Batman au casino, quand le héros poursuit le vilain, à son réveil entre ses griffes, et enfin une quatrième fois lorsque le criminel se fait passer pour le pilote de l'hélicoptère.
  • Pour la scène où l'inauguration du casino est retransmise à la télévision, les dernières secondes de la musique initialement composée ne sont pas jouées, vraisemblablement coupées pour que leur interruption brutale marque mieux le moment où le Joker casse le poste de télévision (et coupe donc court au visionnement du reportage)…
  • La musique de la scène où le Joker improvise son évasion d'Arkham laissa son compositeur relativement insatisfait, trouvant que le rythme n'était pas assez rapide pour vraiment fonctionner, mais la version d'origine fut malgré tout conservée.

Incohérences ou Éléments inexpliqués

Quelques petites étrangetés :

  • Lors de sa course-poursuite avec les employés de l'asile, le Joker semble pouvoir manipuler l'espace-temps puisqu'à plusieurs reprises on voit qu'ils sont à environ deux mètres de lui mais ne trouvent pas le moyen de le rattraper lorsqu'il s'arrête pour les narguer ou pour préparer son "produit bien brillant et bien glissant"…
  • Etrangement, la maquette du casino a l'indication "Joker's Wild" écrite sur chaque face tandis qu'elle n'apparaît que sur la face avant du bâtiment en question.


  • On peut relever une petite erreur technique lorsque le Joker prend la réplique de la Jokermobile : le panneau qu'il enlève a en effet l'inscription "Wan the oirin gnal Jokernocile". Cette erreur est sans doute due à la méconnaissance de l'anglais par les animateurs coréens d'Akom.
  • On se demande comment Batman fait pour faire rentrer les "tiroirs" de sa ceinture étant donnée leur taille…
  • La vitesse de rotation de l'emblème du casino varie tout le long de l'épisode.

Références culturelles

Quelques références culturelles :

  • L'émission télévisée que met le Joker à la place de celle de Poison Ivy est une parodie du David Letterman Show.
  • Lorsque le Joker change à nouveau de chaîne, à la fin de l'épisode, on peut voir l'écran-titre des Looney Tunes, produit phare de Warner Bros. qui produit BTAS, puis nous en voyons le personnage le plus emblématique, Bugs Bunny.
  • Dans le même registre, le clown, lors de sa dispute avec Ivy, se moque d'elle en imitant Beaky Buzzard, un autre personnage des Looney Tunes. La référence n'est toutefois présente qu'en VO.

Citations

Le Joker : Je voudrais bien savoir de quel droit ce petit prétentieux, ce parvenu ose se servir de mon image pour s'enrichir ! […] Je vais porter plainte ! Ouiii, je vais le trainer en justice, lui arracher les tripes et je le ferai, oui !


Le Joker : Vous voulez tenter votre chance mon ami ?
Bruce : Pourquoi pas ?
Le Joker : Mais dites-moi, on se connait il me semble. Ça y est j'y suis, vous êtes Bruce Wayne ! Ha ha ha, maintenant je comprends : c'est de cette façon que votre famille à fait fortune, ha ha ha ha ha !
Bruce : Oh, me voila démasqué. À qui ai-je l'honneur ?
Le Joker : Oh, juste un petit clown de rien du tout en train de se refaire une santé.
Bruce : Quel dommage d'avoir à le faire dans un environnement aussi sinistre.
Le Joker : Hein ?! Qui se soucie du décor ?
Bruce : Le décor n'est rien à côté de tous ces visages grimaçants que je vois autour de moi. Ça finirait par me faire perdre la tête si je restais ici trop longtemps.
Le Joker, de plus en plus nerveux : Ah, parce que vous avez une tête ?
Bruce : Oui, je crois même que je serais mûr pour l'asile si je fixais cette affreuse face de clown à longueur de journée.
Le Joker : Rhaaaa, vous savez que si je m'écoutais je…
Bruce : Vous me frapperiez ?


Le Joker : Ah, cette bande de détraqués, de débiles, d'incapables, finira par me rendre fou.


Traduction

L'adaptation française est plutôt fidèle à la VO malgré quelques différences :

  • On regrettera tout d'abord qu'un gag ait été mal retranscrit en VF. Lors des deux passages où le Joker change de chaîne, il se voit rétorqué par Ivy (puis Tetch et Crane la seconde fois) « I was/We were watching that! ». La VF traduit d'abord cela par « Je la regardais cette émission ! » puis « T'es pas tout seul, on écoutait nous ! », le comique de répétition est donc moins évident.
  • Lors de sa crise de colère, le clown appelle Ivy « Red » ("la rousse"), sobriquet absent de la VF de cet épisode (mais régulièrement employé par Harley Quinn).
  • Lorsque le Joker entre dans le casino, il s'exclame, en VO, « Jumpin' Jiminy Christmas », une expression anglophone que le personnage avait déjà utilisé dans Chantage à crédit. Dans le cas présent, la VF utilise un « Eh bah dis donc ! » qui est un bon équivalent.
  • En VO, le rire emblématique du casino est simplement un ricanement de Mark Hamill diffusé en boucle. La VF a pris l'étrange décision de demander à un comédien (non identifié jusqu'à présent) de rire "en temps réel", même si ses ricanements sont interprétés de manière plutôt "mécanique".

Médias (DVD, VHS et CD)

Cet épisode est disponible sur :

: ce drapeau indique que le média comporte une piste audio VF.

Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

Références

Sources images et infos :