August 1, 2014, Friday, 212

La Rançon du Roi

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

La Rançon du Roi (King's Ransom) est, selon l'ordre idéal, le 42e épisode de Batman : La Relève.

Batman : La Relève
Épisode
Titre français La Rançon du Roi
Titre original King's Ransom [La Rançon du Roi]
N° ordre idéal 42
Saison 3e
N° de prod. 42
1re diff. USA The WB (sam. 16 septembre 2000)
1re diff. francophone France 3 (date inconnue)
Format image 4/3 (Full screen)
Durée ± 21 minutes
Scénario Rich Fogel
Réalisation Butch Lukic
Supervision musique Shirley Walker
Musique Shirley Walker
Studio d'animation Koko Enterprise Co., LTD.
Dong Yang Animation Co., LTD.
← Précédent Suivant →
Combats de chiens Trahison
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

Affaibli par la désertion du Dix, le Gang du Flush Royal traverse une mauvaise passe : à cause de l'intervention de Batman, leur dernier coup vire au fiasco, se soldant par l'incarcération du Valet, un As endommagé et pour couronner le tout, une rémunération symbolique versée par Paxton Powers, auquel ils ont dû s'abaisser à monnayer leurs services. Mais le Roi assure à sa Reine avoir un moyen infaillible de renverser la vapeur : kidnapper leur dernier employeur en date.

Le plan semble bien mal parti lorsque Paxton révèle ne pas disposer de ses propres deniers et que Bruce Wayne se ferme à toute négociation. Sous la menace, Powers propose à ses ravisseurs de leur remettre la Couronne de Takal, l'une des plus belles pièces de sa collection d'objets d'art volés. Le Gang porte son choix sur Wayne comme intermédiaire, ce qui n'est pas du goût de Paxton, qui ne se doute que trop bien que son vieil ennemi, ayant pu remonter jusqu'à son butin malhonnêtement acquis, se fera une joie de le dénoncer ensuite aux autorités. L'homme d'affaires véreux propose donc au couple de malfaiteurs d'incorporer à leur plan l'assassinat de son rival.

Dans le parc où l'échange a été convenu, les choses se corsent rapidement : Batman est pris en embuscade par l'As et Bruce ne doit donc sa survie qu'à ses propres réflexes et à son fidèle chien Ace. Au terme de cette échauffourée, l'As est finalement détruit tandis que le Roi s'enfuit avec la précieuse couronne, abandonnant sa Reine et Paxton à leur sort.

Attention, spoiler ! Ce qui suit dévoile des éléments importants de l'intrigue.

La Reine s'échappe à son tour, conduisant inopinément le Chevalier de Demain jusqu'à la planque du Gang, où elle découvre le pot aux roses : le Roi était en cheville depuis le début avec Sable Thorpe, l'assistante de Powers, en fait sa maîtresse avec qui il compte bien refaire sa vie, emportant en prime la fameuse collection dans leur escarcelle. Au terme de violentes explications, le justicier envoie tout ce beau monde derrière les barreaux. Quant aux cadets du Gang, le Valet voit sa caution payée par sa sœur Melanie, qui lui offre la chance de mener une vie normale. À leur sortie se conjugue l'entrée d'un nouvel inculpé : Paxton Powers, qui manifeste bien des réticences à devoir s'expliquer enfin avec la justice.

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Batman / Terry McGinnis Will Friedle Didier Cherbuy
Bruce Wayne Kevin Conroy Patrick Messe
Le Roi George Lazenby Patrice Baudrier
La Reine Sarah Douglas Catherine Privat
Melanie Walker Olivia d'Abo *
Paxton Powers Parker Stevenson Constantin Pappas
Sable Thorpe Gabrielle Carteris *
Commissaire Barbara Gordon Angie Harmon Anne Rochant
Le Valet Nicholas Guest Stéphane Ronchewski
Le journaliste virtuel Sean Donnellan Olivier Hémon
Un serveur * Constantin Pappas
  • Plusieurs changements de voix à constater en VO comme en VF : le Valet et Paxton Powers dans les deux langues (pour ce dernier, le changement de voix française s'explique par le fait que le comédien à s'en être précédemment chargé n'était autre que Patrice Baudrier, qui a logiquement conservé son rôle le plus récurrent, celui du Roi), Melanie en français (la brièveté de son apparition est sans doute la raison qui a valu à Julie Turin, sa voix habituelle, de ne pas avoir été rappelée) et en anglais, Angie Harmon succède à Stockard Channing sur le personnage de Barbara Gordon et ce pour toute la saison.

Commentaires

Titres

La traduction française opte pour des articles définis, désignant donc explicitement le personnage du Roi, là où un éventuel et tout aussi valable Rançon de roi aurait été plus flou.

Analyse

Troisième et dernier pan à la saga familiale du Gang du Flush Royal, La Rançon du Roi peut aussi en être considéré comme l'apothéose, multipliant les surprises tant au niveau de l'intrigue que des personnages, reprenant comme au temps de Batman TAS, les ingrédients du film noir dans une véritable partie de poker menteur.

  • L'introduction donne clairement le ton en exposant d'entrée de jeu les dissensions au sein de la famille, effet du départ de Melanie. La scène adopte ici le point de vue des méchants, Batman apparaissant comme l'obstacle à leur réussite. La détérioration de la statue est particulièrement révélatrice à ce sujet, s'avérant dommageable non pas au justicier mais aux criminels, tel un reflet inversé du final d'À pas de velours.
  • Si Terry est plutôt en retrait, ce n'est pas le cas de Bruce. Toujours maître de lui au faîte du danger, l'ancien démontre une fois encore avoir de beaux restes. Il n'aura d’ailleurs pas échappé au vieux roublard que son fidèle Ace était tout à sa place dans ce jeu de cartes vivantes.
  • L'épisode fait le choix de mêler la destinée du Gang à celle d'une autre vieille connaissance qui fait ici un retour aussi inespéré qu'attendu : Paxton Powers, que nous avions laissé dans l'expectative d'un éventuel retour d'entre les morts de son père Derek. Toujours aussi malhonnête, on constate néanmoins que son pouvoir de nuisance s'avère moindre en comparaison de son prédécesseur. Son rôle dans l'histoire s'avère à ce titre ambivalent : tirant d'abord les ficelles du Gang, le contrôle de la situation lui échappe bien vite et le businessman n'aura de cesse que de se dépêtrer du bourbier où son avidité l'aura mené, oscillant constamment entre victime et cerveau criminel. Juste retour des choses compte tenu de son ascension, il finit trahi à son tour, mettant ainsi un point final à une autre affaire de famille, celle des Powers.
  • Le nœud de l'intrigue réside sans conteste dans la relation que forme le couple du Roi et de la Reine, deux personnages qui jusque-là se définissaient essentiellement par l'influence néfaste qu'ils exerçaient sur leur fille, se voient ici traités avec une attention aussi soignée qu'inattendue. La Reine y gagne en caractère, nous donnant au passage quelques révélations croustillantes sur le Royal Flush, dont elle s'avère être en fait l'héritière directe de par son père, le précédent Roi, ce qui a le mérite d'expliquer l'état assez peu glorieux du Gang actuel, souffrant d'une crise de leadership.
    L'épisode s'avère particulièrement dur pour le personnage, qui ira de désillusions en désillusions, ponctuées par la trahison de son mari, qu'elle avait pourtant établi de vive voix comme étant son âme sœur. Épouse soumise puis acariâtre voire castratrice, ce personnage naguère tellement en retrait évolue contre toute attente en véritable figure tragique, perdant tout ce qui pouvait compter pour elle, se voyant même refuser sa vengeance.
  • Mais comme le titre le laisse entendre, c'est bel et bien le Roi qui demeure l'anti-héros de cette histoire. N'ayant de prime abord rien de quoi susciter la sympathie si ce n'est l'intérêt, le personnage prend ici toute son ampleur et ce sur bien des plans. L'autoritaire patriarche, qui a beaucoup perdu de sa superbe, logé non plus dans une suite luxueuse mais terré dans un casino délabré, apparaît ici beaucoup plus humain, faillible, fréquemment bafoué, rabaissé et même humilié, devant se justifier et se démener face aux impondérables. Paradoxalement, alors que l'empathie n’est pas loin et que l'échec se profile, le criminel réussit à plus d'un titre son plus beau coup, prenant tout le monde à revers.
    Sa tragédie est double : prisonnier d'un modèle littéralement écrasant qu'il ne peut espérer égaler (l'inévitable comparaison avec Batman est d'ailleurs explicite), son étroitesse d'esprit l'empêche par conséquent de prendre ses responsabilités dans la destruction de sa famille, dont il décidera assez lâchement de se défausser. Mais le crime ne payant pas, le Roi sortira lui aussi perdant au jeu du plus malin. La chute est ainsi consommée et le Gang du Flush Royal, reposant sur de mauvaises bases, se sera effondré tel un château de cartes, croulant sous le poids de la discorde, trouvant sa source dans une somme de frustrations trop longtemps réprimées.
  • Pour parachever son aspect conclusif, l'épisode met également un point final à la carrière de l'As, dont nous voyons confirmée la nature jusque-là suggérée d'androïde avant sa destruction, apparemment définitive.
  • Sans être oubliée pour autant, Melanie, au sujet de laquelle la série s'était déjà nettement plus étendue, se voit donc ici reléguée à l'arrière-plan. Abandonnée de tous et cantonnée à un boulot ingrat, son devenir semble bien peu reluisant, avec pour maigre réconfort une conversation malaisée avec Batman. La dernière scène y apporte cependant une note d'espoir en la réunissant avec son frère, laissant envisager aux deux jeunes gens un avenir plus clément qu'à leurs parents, apportant ainsi une conclusion heureuse à une histoire toute en trahisons et faux-semblants.

Détails

Quelques remarques :

  • Melanie ne semble pas avoir tout à fait tourné le dos à la tradition familiale, le restaurant où elle travaille ayant en effet pour nom Deckard's Kitchen, jeu de mots avec deck of cards signifiant jeu de cartes.
  • La Ligue des Justiciers réutilisera l'intrigue de la criminelle jalouse menant involontairement le héros à son amant avec comme protagonistes Harley Quinn et le Joker dans l'épisode Royal Flush (2e partie), mettant d'ailleurs en scène une autre version du Gang.
  • Cet épisode marque la fin de la domination du clan Powers sur l'entreprise de Bruce Wayne, préambule au retour de ce dernier à la tête de sa société dans le long-métrage Le Retour du Joker.

Incohérences ou Éléments inexpliqués

L'image de Bruce se reflète uniformément sur l'épée du Roi, ce qui ne devrait pas être le cas, la lame ayant une arête en son milieu.

Références culturelles

Quelques références à noter :

  • Le style rococo, luxueux et élaboré, a fait ses débuts en 1730 en Europe.

Citations

Melanie Walker : Vous vous rappelez le mot que je vous ai donné ? Vous savez, pour Terry McGinnis… Est-ce que… ?
Batman : Oui. Il l'a eu.
Melanie : Alors pour lui non plus, je n'existe plus.


Bruce Wayne : Nous nous sommes parfaitement compris. Mais ce serait aller contre notre politique de céder au chantage de kidnappeurs. Demandez à Paxton : il est à l'origine de cette politique.


Bruce : Tu as été retenu ?
Batman : Il leur restait encore un as.
Bruce : Par chance, j'en avais un aussi.


Le Roi : Allons ma chère, je… je vais vous expliquer !
La Reine : Expliquer quoi ? Que vous êtes un coureur et un menteur ? Que vous avez détruit notre famille ? Que j'ai gâché les plus belles années de ma vie à cause de vous ?


Le Roi : Est-ce que vous savez à quel point c'est dur de vivre dans l'ombre de quelqu'un ?
Batman : À vrai dire, j'en ai une vague idée.


Traduction

Quelques notes sur la VF :

  • Contrairement aux autres membres du Gang, Dix se voit désignée sans article.
  • Le Jaguar of Verdeza (le Verdeza étant, rappelons-le, le pays d'Amérique du Sud où Paxton Powers avait été exilé) se voit curieusement désigné en français comme le Jaguar de la Fedazar.
  • Quand le Roi tente de se justifier auprès de Powers, « It was unavoidable » (c'était inévitable) est remplacé en français par un bien moins professionnel « Il s'agit d'un accident ».
  • « Meat loaf » est ici traduit « pâté en croûte » alors qu'il s'agit de pain de viande.
  • Le Roi prononce le terme « Checkmate », signifiant échec et mat. La VF a opté pour « Fin de partie », préférant sans doute éviter un terme s'appliquant à un jeu autre que celui des cartes.
  • Lorsque Paxton prétend aimer Bruce comme un père, Barbara lui rétorque sournoisement « Except he doesn't glow in the dark » (sauf qu'il ne brille pas dans le noir), faisant référence à la transformation de Derek Powers en Fléau. La VF gomme l'allusion en faisant dire à la commissaire « Mais sûrement moins que ce qui brille dans le noir », faisant plutôt référence à la collection illégale de son interlocuteur.

Médias (DVD, VHS et CD)

Cet épisode est disponible sur :

: ce drapeau indique que le média comporte une piste audio VF.

Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

Références

Sources images et infos :