October 21, 2018, Sunday, 293

Destinée

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Destinée (Growing Pains) est, selon l'ordre idéal, le 8e épisode de The New Batman Adventures.

The New Batman Adventures
Épisode
Titre français Destinée
Titre original Growing Pains [Crise de croissance]
N° ordre idéal 8
N° de prod. Inconnu
1re diff. USA The WB (samedi 28 février 1998)
1re diff. francophone France 3 (date inconnue)
Format image 4/3 (Full screen)
Durée ± 21 minutes
Scénario Robert Goodman
Histoire Paul Dini
Robert Goodman
Réalisation Atsuko Tanaka
Musique Michael McCuistion
Studio d'animation TMS Kyokuichi Corporation
← Précédent Suivant →
Joker s'achète une conduite Un amour de crocodile
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

Robin se prend d'affection pour une mystérieuse jeune fille qu'il a sauvée d'une bande de voyous. Celle-ci, amnésique, ne cesse de fuir un mystérieux poursuivant dont elle sent instinctivement la présence : le nouvel ennemi public numéro 1, aussi fort qu'insaisissable, qui prétend n'être autre que son père. Refusant d'abandonner la fuyarde (qu'il a lui-même prénommée Annie), le jeune prodige décide d'écumer la ville à sa recherche, bravant les consignes de Batman.

Robin finit par retrouver Annie, qu'il conduit jusqu'au phare, le seul endroit que lui évoquent ses rares bribes de souvenirs. Une fois sur place, la jeune amnésique mène son protecteur dans des conduits qui lui semblent familiers. Mais à l'intérieur, son inquiétant poursuivant ne tarde pas à rejoindre les jeunes gens.

Attention, spoiler ! Ce qui suit dévoile des éléments importants de l'intrigue.

Le colosse dévoile alors sa véritable identité : Gueule d'Argile ! Robin et sa protégée parviennent jusqu'à une usine de produits chimiques où ils trouvent temporairement refuge face aux attaques du monstre, et où Annie constate avec horreur que son propre corps est capable d'assimiler l'argile. La mémoire lui revient alors : la jeune fille n'est en fait qu'un composé de Gueule d'Argile ! À l'époque incapable de se recomposer pleinement, suite à une immersion, et sauvé in extremis de la dissolution par une exposition à des déversements de produits chimiques, celui-ci l'avait en effet créée à partir de sa propre substance afin de lui servir d'éclaireur. Mais en s'éloignant de son créateur, Annie avait perdu tout souvenir de son identité et acquis sa propre conscience.

Gueule d'Argile rattrape bien vite les jeunes gens et lorsqu'il met en danger la vie de Robin, Annie décide de se ruer sur son créateur par qui elle se laisse absorber, sacrifiant ainsi son existence. Fou de colère, le jeune prodige manque de tuer le monstre en l'exposant à un dissolvant, mais Batman intervient pour l'en empêcher et Gueule d'Argile finit assommé par l'explosion résultant de ses attaques irréfléchies. Le criminel est ensuite embarqué par la police sous le regard empli de chagrin de Tim, incapable d'avoir pu sauver son amie.

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Batman / Bruce Wayne Kevin Conroy Richard Darbois
Robin / Tim Drake Mathew Valencia Alexis Tomassian
Alfred Pennyworth Efrem Zimbalist Jr. Jacques Ciron
Commissaire James Gordon Bob Hastings Jean-Claude Sachot
Annie Francesca Marie Smith Chantal Macé
Gueule d'Argile Ron Perlman Jean-Claude Sachot
Le chef du gang Matt Landers Jean-Pierre Rigaux
Biker du gang #1 John Rubano Martin Brieuc
Biker #2 * Jean-Claude Sachot
Biker #3 * Martin Brieuc
L'annonceur de la gare * Jean-Pierre Rigaux
Un policier * Martin Brieuc

Remarques

  • Deux indications écrites sont prononcées à voix haute en VF : « analyse terminée » par Batman et « solvant volatile » par Robin.

Commentaires

Titres

Le titre original Growing Pains (crise de croissance) peut renvoyer aussi bien à Robin qu'on voit en proie aux élans propres à l'adolescence et s'émanciper de Batman, qu'à Annie et à son malaise à l'approche de son créateur qui vise à l'unir à lui. Le titre est d'autant plus pertinent lorsque l'on prend en compte le double-sens de l'expression, pouvant également signifier "grandir fait souffrir". Titre qui était par ailleurs celui d'une sitcom connue chez nous sous le nom de Quoi de neuf docteur ?. Le titre français s'en éloigne largement en optant pour le plus nébuleux Destinée, sans doute dans le but d'évoquer le lien fatidique qui unit Annie à Gueule d'Argile.

Analyse

Épisode aussi riche qu'intense, Destinée s'inscrit certainement parmi les plus belles réussites du DCAU :

  • L'histoire est en premier lieu celle d'une rencontre émouvante entre deux jeunes gens : une belle complicité racontée avec justesse et sans jamais s'égarer dans la mièvrerie en dépit du jeune âge des protagonistes, frappés de plein fouet par la cruauté du monde (le début donne d'ailleurs le ton en confrontant la jeune fille à une bande de voyous particulièrement déplaisants). Jamais démonstratif, le scénario dépeint habilement l'attachement ressenti par Robin pour Annie. Le jeune justicier fait preuve d'une détermination admirable, qu'on le voie s'opposer ouvertement à son mentor ou dans sa quête au milieu des taudis de Gotham, en témoin impuissant de la misère, préfigurant la scène finale, poignante, qui nous laisse un Tim amer et défait après la tragique disparition d'Annie.
  • On constate une nette influence de l'animation japonaise, très perceptible dans le design d'Annie, ce qui n'est pas forcément un mal, cela permettant de renforcer le caractère singulier voire irréel du personnage.
  • L'épisode semble définitivement cimenter le statut de méchant irrécupérable de Gueule d'Argile, vu comme une présence inquiétante puis une créature informe, pratiquement déshumanisé et se rendant cette fois coupable d'un acte jugé comme impardonnable. Cette nouvelle apparition, si elle donne une nouvelle direction au personnage, n'en demeure pas moins tout à fait digne des précédentes (exception faite de sa prestation peu glorieuse dans Trouble-fête). L'idée d'une composante issue de sa personne et gagnant son indépendance est originale et bien exploitée en opposant les deux parties sur tous les plans : apparence, personnalité et moralité, l'affection d'Annie pour Robin et son sacrifice pour le sauver contrastant avec la cruauté de son créateur, qui refuse de lui prêter toute existence.
  • Si Matt Hagen n'est plus traité avec la même empathie que précédemment, l'ambiguïté n'en demeure pas moins de mise dans son cas : ainsi Clayface apparaît-il comme réfractaire à la confrontation avec les justiciers et ne tente de les éliminer qu'en dernier recours même s'il est vrai qu'il cède une fois encore à son tempérament colérique et impatient, ce qui ne manque pas de le mener à nouveau à sa perte. Toujours est-il qu'il se croit dans son bon droit dans cette affaire qu'il considère comme privée et n'apprécie pas l'ingérence de Robin, refusant une fois n'est pas coutume de se donner en spectacle et agissant avec beaucoup moins de complaisance qu'à l'ordinaire. Fidèle à lui-même, Hagen fait une fois encore preuve de son égoïsme et de son égocentrisme, sans qu'on puisse pour autant lui prêter une malveillance préméditée.
  • On peut tracer un parallèle discret mais troublant entre Batman et Gueule d'Argile dans leur attitude : tous deux apparaissent ici comme des figures paternelles imposantes qui ne laissent à l'enfant sous leur responsabilité qu'une indépendance toute relative, allant jusqu'à les suivre à la trace. Héros comme vilain avaient il est vrai, déjà fait montre de tendances abusives en terme de relations humaines.
  • Si le point de vue adopté pousse instinctivement le spectateur à prendre fait et cause pour Robin et la pleine acceptation d'Annie comme être vivant à part entière, il n'en demeure pas moins que la conduite, de prime abord abjecte, de Clayface n'est pas sans fondement : Annie est après tout bel et bien constituée de sa propre substance, et il n'est pas impossible au vu du comportement de Hagen que celui-ci, incomplet, soit dans un véritable état de manque, vu son obsession de la retrouver. Il est d'autant plus difficile de considérer l'absorption d'Annie, pour aussi choquante qu'elle soit (aucun détail n'est d'ailleurs épargné au spectateur), comme un meurtre, qu'elle s'est faite avec le consentement de cette dernière, acte qui, paradoxalement, constitue peut-être la meilleure preuve de sa conscience, qu'elle avait pourtant elle-même remise en question. C'est dans son statut indéfinissable que réside la tragédie du personnage d'Annie, bouleversant dans son sacrifice.

En somme, un épisode immanquable pour les fans aussi bien de par son fort impact émotionnel que par les fascinantes pistes de réflexion qu'il engendre.

Détails

Quelques remarques :

  • L'histoire fait clairement suite aux évènements plutôt lointains de Bain de boue, épisode de la série-mère Batman TAS, dont la conclusion voyait Gueule d'Argile fondre dans les eaux de Gotham. Il nous est ici révélé qu'il a été sauvé de la dissolution totale en entrant en contact avec des produits chimiques déversés dans la rivière.
  • Le thème menaçant de Clayface retentit dès lors que le personnage fait une apparition surprise.

Incohérences ou Éléments inexpliqués

Quelques étrangetés :

  • Tout comme dans Trouble-fête, il n'est jamais établi pour quelle raison au juste Clayface commet une série de braquages. Sa structure moléculaire n'étant apparemment plus menacée, on peut se demander à quoi lui servirait d'amasser des richesses.
  • Si l'épisode ne relate pas nécessairement la première confrontation avec Gueule d'Argile depuis Bain de boue (on pourra sans problème regarder Destinée après avoir vu Trouble-fête), il paraît assez invraisemblable que l'errance d'Annie ait pu durer le temps de latence entre les deux séries Batman TAS et The New Batman Adventures.
  • Le métabolisme d'Annie n'accuse étonnamment aucune séquelle visible de sa chute dans l'eau sale, son créateur ayant pourtant bien failli trouver la mort en y étant plongé. Peut-être faut-il en voir la raison dans l'exposition de Gueule d'Argile aux produits chimiques, qui auraient pu changer sa composition.

Références culturelles

Quelques références à noter :

  • Un certain Robert Haney est demandé à la gare. Bob Haney était un scénariste prolifique chez DC Comics, ayant notamment participé à la création des Teen Titans ou de Metamorpho et ayant œuvré sur la série animée The New Adventures of Superman durant les années 60.
  • Le jouet qui inspire à Robin le nom d'Annie, tient son apparence de la célèbre poupée de chiffon Raggedy Ann, personnage tiré d'une série de livres pour enfants.
  • On remarque un cinéma passant la première d'un film portant le nom de Kane, référence au mythique Citizen Kane d'Orson Welles ainsi qu'à Bob Kane, le créateur de Batman. On peut aussi dans une moindre mesure penser à Kathy Kane alias Batwoman.

Citations

Commissaire Gordon : Ah, les enfants ! Heureusement que ma Barbara a fini sa crise d'adolescence.


Annie : D'après mes souvenirs, vous êtes la seule personne qui m'ait aidée.
Robin : Oui mais vous ne vous souvenez plus de rien.


Robin : Ne vous inquiétez pas, je vous sauverai !
Annie : Sauver quoi ? Vous n'avez pas compris ? Je n'existe pas !


Policier, parlant de Gueule d'Argile : On le coffre pour cambriolages, voies de fait et violences. Autre chose, commissaire ?
Robin, à Batman : Oui. Pour meurtre.


Traduction

L'adaptation française opte rarement pour une traduction littérale. On notera parmi ses quelques libertés :

  • « Slime » donne en français le terme plus faible de « voyous » alors que des qualificatifs plus insultants comme racaille, vermine ou raclure auraient constitué de meilleurs équivalents.
  • « Halloween », pourtant en début de notoriété en France à l'époque, se voit remplacé par « le carnaval ».
  • « Do you have a family? » devient inexplicablement « Où est votre maison ? ».
  • Batman baptise « Brutus » la forme humaine de Gueule d'Argile en français. Il n'en est rien dans la version originale où il le surnomme plus logiquement « Daddy ».
  • « I am Clayface » est remplacé par le certes exact mais moins percutant « Je fais partie de lui ».
  • La réplique finale de Batman « Sometimes there are no happy endings » (parfois il n'y a pas de fins heureuses) devient « les histoires ne se terminent pas toujours comme on le désire ».

Médias (DVD)

Cet épisode figure sur :

: ce drapeau indique que le média comporte une piste audio VF.

Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

Références

Sources images et infos :