November 24, 2014, Monday, 327

Jamais peur

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Jamais peur (Never Fear) est, selon l'ordre idéal, le 6e épisode de The New Batman Adventures.

The New Batman Adventures
Épisode
Titre français Jamais peur
Titre original Never Fear [Jamais peur]
N° ordre idéal 6
N° de prod. Inconnu
1re diff. USA The WB (samedi 1er novembre 1997)
1re diff. francophone France 3 (date inconnue)
Format image 4/3 (Full screen)
Durée ± 21 minutes
Scénario Stan Berkowitz
Réalisation Kenji Hachizaki
Musique Shirley Walker
Studio d'animation TMS-Kyokuichi Corporation
← Précédent Suivant →
La Vraie Nature de Catwoman Joker s'achète une conduite
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

Des incidents étranges se produisent à Gotham City : un citoyen atteint d'acrophobie fait de la haute voltige entre les gratte-ciel alors qu'un timide employé de Wayne Entreprises provoque un esclandre dans le bureau de Bruce.

Un indice amène Bruce à se rendre déguisé au siège de Jamais Peur, une organisation dirigée par un mystérieux gourou qui propose à ses membres de bannir la peur de leur existence. Pendant son investigation, Bruce est assommé au moment où il découvrait un stock de vaporisateurs. Il se réveille dans un zoo, près du bassin d'un crocodile, face à face avec son agresseur, l'Épouvantail ! Sous l'influence du nouveau produit du criminel, lui ôtant toute peur, Bruce plonge dans le bassin. Convaincu d'être débarrassé du gêneur, l'Épouvantail quitte les lieux tandis que Bruce sort vainqueur de l’affrontement avec le crocodile.

De retour au Manoir, Batman emmène Robin à bord du Batplane et le jeune prodige comprend rapidement que son mentor a été exposé au gaz anti-peur lorsque celui-ci se met à enchaîner les cascades aériennes.

Dans les locaux de Jamais Peur, Batman et Robin se retrouvent cernés par les hommes du gourou. Nullement impressionné, Batman esquive les balles et avec l'aide de Robin, neutralise rapidement les malfrats. Le gourou refusant de parler, Batman le suspend dans le vide et commence à couper le câble qui le retient. Terrorisé, le bandit finit par révéler les plans de l'Épouvantail : celui-ci a emporté le gaz dans une station de métro afin de répandre son produit dans les tunnels à l'heure de pointe, provoquant ainsi un chaos général. Batman repart aussitôt, précipitant le criminel dans le vide. Robin le sauve de justesse et comprend qu'il est temps de mettre Batman hors d'état de nuire : il le ligote et tente de lui faire comprendre que le gaz l'a affecté à son insu, à tel point qu'il n'a même plus peur de tuer.

Dans le métro, Robin réussit à surprendre l'Épouvantail aux commandes d'une rame, mais se fait assommer par un gangster. Batman, qui a entre-temps réussi à se détacher, se jette sur le vilain et détraque les commandes de la rame pendant la bagarre. Alors que Batman s'apprête à tuer l'Épouvantail, Tim réussit à lui faire inhaler l'antidote tombé des mains du criminel, sauvant ainsi la vie de ce dernier. Mais la rame incontrôlable fonce vers un ravin ! Les deux justiciers s'en échappent in extremis, emmenant l'Épouvantail avec eux. Une fois à la surface, Batman ne manque pas de rassurer son jeune acolyte quant à sa conduite, lui rappelant qu'un peu de peur ne fait pas de mal.

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Batman / Bruce Wayne Kevin Conroy Richard Darbois
Robin / Tim Drake Mathew Valencia Alexis Tomassian
Alfred Pennyworth Efrem Zimbalist Jr. Yves-Henri Salerne
L'Épouvantail Jeffrey Combs Vincent Violette
Le gourou Charles Rocket Martin Brieuc
Seymour Grey Ken Berry Sylvain Lemarié
La mère Pamela Segall Véronique Augereau
Sarah la secrétaire Pamela Segall Claire Guyot
L'homme sans peur Efrem Zimbalist Jr. Yves-Henri Salerne
Le narrateur* Sylvain Lemarié
Un passant * Martin Brieuc
Bandit #1 * Yves-Henri Salerne
Bandit #2 * Sylvain Lemarié

Remarques

  • Le rire de l'homme sans peur au début de l'épisode n'est pas redoublé en VF : on constate en effet un décalage avec la voix française, nettement plus grave.
  • En accord avec son changement de style, l'Épouvantail se voit attribuer une nouvelle voix : ainsi Jeffrey Combs succède-t-il à Henry Polic II, dont il se démarque radicalement par son interprétation froide et monocorde. Il n'est en est pas de même dans la version française où l'on retrouve avec plaisir Vincent Violette, qui confère donc au vilain un timbre plus sinistre.
  • Exceptionnellement, Jacques Ciron ne prête pas sa voix à Alfred Pennyworth dans la VF de cet épisode.

Commentaires

Titres

Analyse

Le scénario de Jamais peur, particulièrement solide, repose sur une idée très riche en possibilités : l'absence des peurs et des inhibitions.

  • L'Épouvantail, dont c'est le grand retour, n'a plus rien à voir avec le super-vilain cabotin de Batman : La Série animée, il se démarque complètement de ses apparitions précédentes : nouveau costume plus effrayant, voix (ou dans le cas de la VF, interprétation) différente, leitmotiv plus lugubre. S'il gagne en froideur, le criminel ne perd toutefois rien de sa cruauté, comme en témoigne sa façon de disposer des intrus. Toujours aussi machiavélique, il fait plus que jamais preuve de sa connaissance de la psychologie humaine bien qu'une fois encore, son plan se retourne contre lui.
  • L'épisode joue sur un registre très différent de ceux mettant précédemment en scène l'Épouvantail : l'équipe de Bruce Timm ayant déjà bien versé dans le délire visuel des hallucinations, les peurs des victimes du criminel (Batman en tête) sont cette fois exploitées de façon plus subtile et indirecte. Du propre aveu de Stan Berkowitz, l'idée d'un gaz anti-peur était une mesure désespérée, partant du principe quelque peu cynique selon lequel la peur des représailles est ce qui empêche les gens de céder à leurs pires instincts. Ainsi, à l'inverse d'un Batman paralysé par ses peurs, notre héros devient ici totalement téméraire, abandonnant toute prudence avec une aisance effrayante (ne tue pas un crocodile à mains nues qui veut) et prêt à franchir sa plus grande limite, celle du meurtre. La scène de l'interrogatoire du gourou fait planer le doute quant aux intentions du héros, qu'on sait maître du bluff, jusqu'à ce qu'il abandonne le malfrat à une chute mortelle avec une indifférence glaçante.
  • Si le scénario touche à ce qui pourrait bien être la peur la plus profonde du justicier, on notera qu'il ne va pas jusqu'à se saisir d'une arme à feu (ce qu'il fera à regret dans d'autres circonstances) dont on connaît son profond dégoût.
  • Le ressort comique de la situation est évidemment exploité avec bonheur, et ce dès la première scène où Batman et Robin doivent maîtriser un quidam au comportement enfantin quoique destructeur. La démission tapageuse de Seymour Grey est certainement le passage le plus cocasse, particulièrement lorsque celui-ci embrasse goulûment l'infortunée secrétaire de Bruce. On remarque que même délivré de ses inhibitions, le petit homme s'avère bien inoffensif.
  • L'épisode marque aussi un tournant pour le personnage de Tim Drake : on avait déjà pu constater son caractère frondeur, il se montre ici un acolyte mature et compétent, faisant preuve d'un grand sens moral mais encore trop inexpérimenté pour vaincre un super-vilain à lui tout seul. La scène où il confronte son mentor, partagé entre méfiance et loyauté, est particulièrement puissante.
  • Le spectateur n'est d'ailleurs pas le seul à être fréquemment surpris, on remarquera que les personnages ont une forte propension à se faire attaquer par derrière.

Tous ces ingrédients donnent au final un épisode parfaitement maîtrisé reposant sur une idée simple mais bien amenée : la peur n'est pas nécessairement un mal.

Détails

Quelques remarques :

Références culturelles

Le déguisement de Bruce, malfrat arborant fine moustache et lunettes noires, est la version TNBA de Matches Malone, identité parallèle de Batman fréquemment utilisée dans les comics pour infiltrer la pègre et déjà vue dans Jeux d'ombres.

Citations

L'homme sans peur : Oh voyons, il n'y a aucune raison d'avoir peur ! C'est une prison la peur, et moi je viens de m'en évader !


L'Épouvantail, supposant que les crocodiles ont mangé Matches Malone : Bienvenue dans la chaîne alimentaire !


Robin : Ce gaz qui élimine la peur, tu n'en aurais pas respiré par hasard ?
Batman : Oui, mais ça ne me fait rien.


Robin : Ce gaz t'a affecté beaucoup plus que tu ne le crois.
Batman : Je te l'ai dit, ça ne m'a rien fait du tout !
Robin : Au contraire, tu n'as même plus peur de tuer !


L'Épouvantail : La peur est l'élément qui permet aux sociétés d'exister, c'est ce qui empêche les gens de céder à leurs pires impulsions. La peur est pouvoir !


L'Épouvantail : Fou ! Nous allons tous mourir !
Batman : Tu n'essaierais pas de me faire peur, par hasard ?


Robin : Et qu'est-ce qu'on fait de l'Épouvantail ?
Batman : Je vais m'occuper de lui.
Robin, choqué : Oh !
Batman : Je vais l'aider à sauter du train.


Traduction

Quelques notes sur la VF :

  • La VF parle de « Batplane » alors qu'en VO, le véhicule est simplement désigné « the plane » (l'avion).
  • La version française change quelque peu le sens de la dernière réplique, en version originale «  A little fear is a good thing » (littéralement, un peu de peur est une bonne chose) en la traduisant par « Connaître la peur est une bonne chose ».

Médias (DVD)

Cet épisode figure sur :

: ce drapeau indique que le média comporte une piste audio VF.

Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

  • France 3 :
    • 18 mai 2002 (7h25, TO3)
    • 3 juillet 2005 (9h20, F3X)
    • 9 décembre 2007 (10h25, F3X)
  • Club RTL :
    • 19 janvier 2007 (10h55, Kids Club)
    • 10 août 2007 (11h10, Kids Club)

Références

Sources images et infos :