December 14, 2018, Friday, 347

Maxima la Reine guerrière

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Maxima la Reine guerrière (Warrior Queen) est, selon l'ordre idéal, le 37e épisode de Superman : La Série animée. Cet épisode marque l'unique apparition, dans la série et dans le DCAU, de Maxima.

Superman : L'Ange de Métropolis
Épisode
Titre français Maxima la Reine guerrière
Titre original Warrior Queen [Reine guerrière]
N° ordre idéal 37
Saison 2e
N° de prod. 036
1re diff. USA The WB (samedi 22 novembre 1997)
1re diff. francophone France 3 (date inconnue)
Format image 4/3 (Full screen)
Durée ± 21 minutes
Scénario Hilary J. Bader
Réalisation Curt Geda
Musique Kristopher Carter
Studio d'animation Koko Enterprise Co., LTD.
Dong Yang Animation Co., LTD.
← Précédent Suivant →
Les Hommes de fer Centrale nucléaire (1)
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

Sur la planète Almerac, dans une arène dont les quelques spectateurs s'ennuient, Maxima, reine des Almeraciens, affronte à l'épée un énième homme, De'Cine, en vue de trouver un mari capable de lui tenir tête au combat. Elle triomphe de lui, l'épargne et se plaint devant l'assemblée du soi-disant manque de grandeur de son peuple. Cependant Sazu, sa servante attitrée, lui recommande de regarder des visiogrammes d'exploits d'un homme venu d'ailleurs, Superman. Malgré son scepticisme initial, Maxima s'entiche de ce Superman qu'elle décide de voir de suite grâce à son bracelet téléporteur.

Une fois à Metropolis, la célibataire déterminée raconte dans l'édition télévisée d'Angela Chen que le héros de la ville est son fiancé et doit, pour devenir son mari, prouver sa valeur en duel contre elle. Puis, elle casse d'impatience le studio, entraînant immédiatement l'arrivée de sa proie. Le choc des corps a bel et bien lieu et Superman tente vainement d'expliquer à la conquise Maxima les mœurs qui sous-tendent le mariage sur Terre. En réponse, elle l'assomme et le traîne littéralement sur Almerac. À destination pourtant, elle découvre que De'Cine et Sazu se sont emparés du trône, invoquant son manque de considération à l'égard de de son peuple. Seulement, le fourbe moustachu envoie Sazu et les deux prétendus fiancés dans un souterrain inextricable car électrifié et abritant le démesuré et monstrueux Carnorite.

Attention, spoiler ! Ce qui suit dévoile des éléments importants de l'intrigue.

Avant de vaincre avec la reine guerrière ladite bête en l'électrocutant jusqu'à faire sauter le courant, Superman empêche Maxima de tuer la traîtresse et lui fait comprendre que son rôle de souveraine implique des responsabilités vis-à-vis de ses sujets. De retour face à l'abominable conspirateur, l'inarrêtable duo remet les choses en ordre à l'aide de ses poings. Et, quelque peu adoucie, la rousse volcanique se fait à l'idée que son séduisant invité doit regagner sa maison. Juste après, elle se réjouit lorsqu'elle voit le surpuissant et viril Lobo débouler avec fracas pour exiger la tête de De'Cine.

Images

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Superman / Clark Kent Tim Daly Emmanuel Jacomy
Maxima Sharon Lawrence Céline Monsarrat
De'Cine Miguel Ferrer Joël Martineau
Angela Chen Lauren Tom Emmanuèle Bondeville
Sazu Shannon Kenny Pascale Vital
Lucille Rene Taylor Pascale Vital
Harry Jack Carter Marc Perez
L'annonceur TV Michael David Donovan Marc Perez
Le Carnorite Frank Welker *
Lobo Brad Garrett Marc Alfos
Le marchand de journaux * Joël Martineau
Le chef des voyous * Marc Perez
Un garde * Marc Perez
Un marchand * Marc Alfos
Plusieurs gardes * Marc Alfos
Voix additionnelles * Marc Perez

Remarques

  • Sharon Lawrence et Céline Monsarrat, voix respectivement américaine et française de Maxima, ne proposent pas le même type d'interprétation aux spectateurs. La première adopte une façon de parler beaucoup plus grave, comme s'il s'agissait presque d'un cliché de cow-boy, quand la seconde répond plus au stéréotype de la princesse capricieuse.
  • Les grognements du Carnorite, effectués par Frank Welker, n'ont pas été redoublés en français.
  • Marc Alfos succède à Pascal Renwick pour le rôle de Lobo. Et ce de manière définitive dans le cadre du DCAU, car le retour du personnage dans la série La Ligue des Justiciers, lors d'une ultime apparition, sera encore assuré par lui.

Commentaires

Titres

Le titre fait bien entendu référence au personnage marquant de l'épisode. La version française y ajoute son nom.

Analyse

Cet épisode, anecdotique mais très amusant, est l'unique à mettre en lumière Maxima, un personnage des comics inconnu du plus grand nombre. L'idée de la quête d'une femme pour trouver un mari aussi fort qu'elle donne lieu à une abondance de bons mots et à une rencontre cocasse entre Superman et sa soi-disant fiancée. Nous verrons qu'une comparaison mérite d'être faite avec une autre histoire de Superman TAS à la légereté diffuse. Et nous analyserons l'aventure avec une surprenante perspective adulte.

  • Drôles et bourrées d'action, nous avons affaire à 20 minutes denses qui évitent flashback et psychologisation, pour mieux fluidifier la narration et aller à l'essentiel, à l'instar de la transition par le geste où Superman, précédant le plan d'une servante dansant en tournant sur elle-même, se mue en foreuse humaine pour sortir du souterrain. Le souci d'efficacité a aussi conduit à simplifier les trois personnages inédits dans la série mais provenant du DCU. Ainsi, par exemple, De'Cine passe du cyborg d'une laideur accomplie et venant d'une autre planète qu'Almerac à une sorte de chef de la police sous le règne de Maxima.
  • Il y a lieu de croire que l'intention première des scénaristes était de détourner les contes de princesses. D'un côté, il y a une description rassurante de Maxima, à savoir une jolie fille qui cherche (désespérément) un amant pour avoir des « enfants absolument sublimes ». D'un autre côté, la belle est déjà reine, en l'occurence d'un royaume qu'elle dirige avec poigne et sans égards vis-à-vis de son peuple, l'amour ne lui dit rien et elle choisit son compagnon au combat, et ce sans attendre qu'il se manifeste. S'opère alors un irrésistible décalage dont résulte un conte punk ! Pour approfondir le thème de ce paragraphe, voir la partie Références.
  • En plus du cadre extraterrestre et de la prédominance de l'humour, Maxima la Reine guerrière partage quelques points communs avec Le Motard du cosmos, vu dans la première saison. En effet, Maxima vient chercher manu militari le pauvre Superman, de même que Lobo en son temps. Et puis elle et le chasseur de primes se font rouler et doivent faire équipe, contraints et forcés, avec l'Homme d'acier. D'ailleurs, les duos d'un jour jouent tous les deux sur le contraste entre le héros angélique et un nouveau personnage puissant, totalement puéril, rentre-dedans et pourtant fort sympathique tant sa décomplexion rafraichit. On retrouve également dans les deux cas un affrontement contre un énorme monstre sans yeux.
  • Autant le double épisode avec le Czarnien parodie les westerns, autant celui de l'Almeracienne le fait avec les films de cape et d'épée. Bien des éléments sont réunis : la reine, le duel en arène, le traitre, le tout dans un décor châtelain agrémenté de gardes en armure et de servantes. Le trait s'avère particulièrement grossi en ce qui concerne De'Cine, dont les grimaces révèlent, dès le départ et sans souffrir le doute, qu'il désire à tout prix le pouvoir. Par ailleurs, on s'amusera qu'en guise de caricature, sa moustache symbolise la félonie, et l'on constatera que ses gardes personnels, quoi qu'il arrive dans son camp, se distinguent nettement des autres, à la fois par leur tenue et, justement, le port de la moustache.
  • En ajoutant à ce côté moyenâgeux notamment la magie à laquelle a recours Maxima, on songe également à la présence d'un esprit d'heroic fantasy. Et vu que celui-ci s'inscrit ici dans un space opera, une impression quelque peu star warsienne se dégage de l'histoire. Les ressemblances sont listées dans la partie Référence de cet article.
  • Contrairement à Lobo, l'immoralité incarnée, Maxima connaît une inflexion de ses penchants pour l'égocentrisme et le dédain pour autrui. Les paroles réfléchies de Superman la touchent assez pour qu'elle se ravise au sujet de Sazu, autrement plus scrupuleuse que son fieffé amant, et qu'elle daigne sans résistance épargner ce dernier.
  • Malgré la fin qui semble heureuse pour Maxima grâce à l'arrivée de Lobo, on peut raisonnablement prévoir que seules les saveurs charnelles du mariage risquent d'être au goût du Fléau du cosmos.
  • En parlant de charnel, il en est symboliquement question dans une lecture de l'épisode cette fois-ci licencieuse, mais cohérente et probablement en grande partie pensée dès le travail d'écriture du script. Les scénaristes de la série ont d'ailleurs a quelque reprises contourné les limites dues aux exigences d'un programme jeunesse et au cruel manque de romance de Clark/Superman avec un ou des love interests, en introduisant des sous-entendus coquins plus ou moins perceptibles. Aussi, revoyons donc Maxima la Reine guerrière sous un nouvel angle. Maxima y apparaît comme une femme revendiquant son droit à la jouissance et multipliant les partenaires mâles dans le but d'en trouver un suffisamment endurant pour la satisfaire. Sa recherche frénétique et son arme phallique évoquent même la prégnance de pulsions libidinales généralement associées aux hommes. Et son énorme frustration conjuguée à son mépris vis-à-vis d'autrui peut la conduire in fine à vouloir la mort de gens honnis, tel autant de tentatives de viol à potentiellement comprendre.
  • La découverte de Superman émoustille Maxima. Juste après, cette dernière presse un bouton qui lui ouvre un portail brillant menant vers l'objet de ses fantasmes. Si l'on voit dans cette scène une masturbation clitoridienne débouchant sur du bien-être, envisageons que le fil rouge des lumières générées par les personnages reflète le plaisir qu'ils s'autoprocurent (voire donnent parfois), et ce à la hauteur de l'intensité des éclats provoqués.
  • Par chance pour elle, Maxima rencontre Superman (dont le surnom d'Homme d'acier utilisé par Angela Chen fait dans ce contexte sourire) et, après un test concluant car « personne n'a jamais résisté aussi longtemps contre [elle] », elle décide d'en faire son amant régulier. Face au refus du héros pourtant, la première dame de la maison royale choisit de le changer en crypto-esclave sexuel.
  • De'Cine, lui aussi égocentré dans ses rapports avec les personnes du sexe opposé, représente un pendant masculin de Maxima. Son appétit pour la chair se voit surtout chez lui par celui pour la viande. Tandis qu'aux antipodes de De'Cine et sa maitresse Maxima, Sazu, par les bons sentiments et l'amour aussi naïf qu'aveugle qui l'habitent, et en plus d'avoir la peau pâle et de porter une tenue à l'apparence religieuse couvrant la quasi-totalité de sa féminité, se conformerait à une figure de pruderie dont l'idéal de pureté tournerait le dos à la "bagatelle" récréative.
  • Dans cette interprétation des évènements, le souterrain qu'a l'air de bien connaitre Maxima peut être considéré comme le lieu de rencontre du trio d'infortune avec son/le ça, le siège psychique de la libido, ici incarnée dans toute sa puissance par le gigantesque Carnorite. Mais avant de se sortir de ce mauvais pas, les trois prisonniers doivent affronter le monstre et surtout l'utiliser. Autrement dit, une partie à trois s'engage pour mieux relâcher la pression. Cela commence par des préliminaires avec la langue (tentacule) puis avec des doigts dans un orifice (tunnel).
  • Le membre viril s'érige (apparition du tronc de la bête) avec gland apparent (tentacules roses sortant de sa gueule) s'agite et finit par une éjaculation (court-circuit impressionnant) au moment où il atteint le point G (l'installation métallique difficile à viser). S'ensuivent un dégonflement de la verge (chute du Carnorite) et des mines béates des femmes accompagnées d'un debriefing louangeur (« Quel homme ! ») qui sous-entendent un orgasme partagé.
  • Cette initiation sensuelle inoubliable permet par la suite à Sazu d'expérimenter par elle-même la caresse autoérotique, comme on le remarque lorsqu'elle se sert du bracelet magique de Maxima. De son côté, la reine, quand elle épargne sans rechigner De'Cine, semble intégrer définitivement l'immoralité de certaines pratiques. L'évolution de la sexualité des deux femmes laisse donc entrevoir le départ d'un chemin vers l'épanouissement de ce pan de leur vie.
  • Étant donné que Maxima remporte notre adhésion de spectateur par son outrance et, par la suite, sa remise en question sur elle-même, on peut penser que l'épisode, en la plaçant au premier plan, valorise le plaisir sexuel féminin qu'elle incarne et, à travers par exemple la réplique de la reine à Superman « Tu es mon égal », en fait l'égal de celui masculin. De fait, pareil message est féministe, et l'on peut d'autant plus imaginer qu'il ait servi de guide dans le travail d'écriture de la scénariste Hilary J. Bader que cette dernière… est une femme. Et cela ne jure pas avec le reste du DCAU, dont les personnages féminins sont souvent offensifs dans la séduction et complètement décomplexés de manière générale.

Détails

Quelques détails sur l'épisode :

  • Quand Superman électrocute le Carnorite, l'explosion qui s'ensuit reprend des images de l'animation de My Girl dans laquelle Mr Eelan explose le pied d'une cuve de plomb.

Incohérences ou Éléments inexpliqués

Quelques petits détails :

  • Les gros plans des épées de Maxima et de De'Cine s'entrechoquant présentent quelques erreurs, parce qu'elles se chevauchent parfois.
  • Durant la scène où la reine découvre en chair et en os Superman et lui manipule la mèche de cheveux, les yeux du Big Blue disparaissent une fraction de seconde. C'est pourtant cette image qui a servi d'illustration de l'épisode durant plusieurs années sur notre site…
  • Alors que les gardes de Maxima l'avaient trahi dans un premier temps en faveur de De'Cine, ils se ravisent avant la confrontation finale, dans une ellipse dont le spectateur doit imaginer le contenu.
  • Le Carnorite est crédité comme « Camorite ».

Références culturelles

Diverses références culturelles :

  • Comme dit dans l'Analyse, il est probable que l'équipe artistique se soit sciemment inspirée de la saga cosmique Star Wars. L'instrumentation pour commencer, avec dès les premières notes une touche de merveilleux pour indiquer que nous nous trouvons dans une lointaine contrée, a des airs de la musique de John Williams, que ce soit dans les violons et percussions pour sonner martial ou dans les cuivres marquant l'action. À part ça, on peut voit sur Almerac une monture atypique et une culture arabisante, un peu comme sur la désertique Tatooine, via les habits des autochtones ainsi que les servantes peu vêtues qui rappellent la princesse Leia rendue à l'état d'esclave.
  • L'apparence de Maxima, réputée pour être un amalgame de sa première apparition dans les comics et des designs de Jack Kirby, peut aussi rappeler l'armure des super-guerriers saiyans de la série Dragon Ball Z de par les couleurs de la tenue, les protections et le bandeau à la jambe gauche.

Image:Maxima - Design.jpg---

  • La scène du visiogramme évoque à certains égards la toute première du chef d'œuvre animé Blanche-Neige et les Sept Nains. D'abord parce que ces deux extraits introduisent un miroir ovale, accessible en montant quelques marches et révélant à une reine quelle est sa cible d'un but tout à fait égotique ; ensuite parce que Maxima doit sans doute ses yeux, ses sourcils, le violet de sa robe de chambre et la cagoule noire de sa tenue principale à la méchante du film Disney.
  • La façon dont Maxima récite ses titres de noblesse correspond à celle de Lwaxana Troi de Star Trek : La Nouvelle Génération. Rien d'étonnant quand on sait que la scénariste de Maxima la Reine guerrière, Hilary J. Bader, a écrit pour cette série live. Par ailleurs, les deux personnages féminins sont agressifs dans leur recherche d'un amant.
  • La discussion du vieux couple, où la dame à la fenêtre qui regarde le combat entre Maxima et Superman et en donne les détails à son compagnon lisant un journal, fait un clin d'œil aux Kravitz de la série télé Ma sorcière bien-aimée.

Citations

De'Cine : La victoire est à moi et vous êtes à moi, Maxima. Ma Reine. Mon épouse.
Maxima (en éjectant De'Cine) : Mon œil !


Maxima : Sur ma planète, moi je fais ça tout l'temps.
Superman : Nous n'sommes pas sur Almanac.
Maxima : Almerac.


Superman : Ici sur Terre, le mariage n'est pas une chose que l'on fait sur commande. Le mariage est un désir commun, pour lequel les hommes et les femmes doivent partager décisions et sacrifices.
Lucille (témoin de la scène à sa fenêtre) : De quelle planète vient-il, celui-là ?


Superman : Alors, où sommes-nous ?
Maxima : Dans des galeries souterraines. J'avais l'habitude d'utiliser ces tunnels comme prison.
Superman : Pas étonnant qu'vous soyez si populaire.


Traduction

Quelques remarques sur cette VF de bonne facture :

  • Lors du duel du début, De'Cine prend le dessus sur Maxima et s'adresse à elle en disant « ma Reine, mon épouse », à la suite de quoi il reçoit une planchette japonaise et un « Mon œil ! » En VO, la réplique est encore plus percutante puisque l'expression anglaise est my foot!
  • Après sa victoire, Maxima se plaint que personne dans son royaume ne peut la « vaincre ». Cette VF perd malheureusement le double-sens qu'introduit la VO avec « prendre ».
  • Durant la scène entre les comploteurs, De'Cine dit de Maxima qu'elle est « pleine de tempérament ». La VO pourtant se révèle plus misogyne en utilisant le qualificatif d'hormonal, sous-entendant ainsi que la reine est victime de fortes instabilités hormonales.
  • La VF atténue les propos de Maxima face au loubard aux cheveux verts lorsqu'elle lui dit qu'il n'a pas à « poser [ses] mains sur [elle] » alors que la VO utilise le verbe paw [tripoter].
  • En VO, Maxima ne se contente pas d'expliquer que Superman, Sazu et elle viennent d'être envoyés sous terre. Elle indique en plus que la profondeur se chiffre en miles (unité de mesure dépassant le kilomètre), donnant du coup plus d'ampleur à la cruauté de faire de ces galeries souterraines une prison.
  • Toute juste avant que le tronc du Carnorite sorte de son trou, Superman demande à la reine à quel point la chose est grosse. En VF, Maxima répond « Comme ça. » tandis qu'en VO, son laconique « Grosse. » est peut-être plus drôle, dans la mesure où ça sonne comme une sorte d'euphémisme.

Médias (DVD, VHS et CD)

Cet épisode est disponible sur :

: ce drapeau indique que le média comporte une piste audio VF.

Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

Voir aussi

Sources et autres liens recommandés :