October 23, 2018, Tuesday, 295

Il n'est jamais trop tard

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Il n'est jamais trop tard (It's Never Too Late) est, selon l'ordre idéal, le 12e épisode de Batman : La Série animée. Cet épisode marque la première apparition, dans la série et dans le DCAU, d'Arnold Stromwell.

Batman : La Série animée
Épisode
Titre français Il n'est jamais trop tard
Titre original It's Never Too Late
[Il n'est jamais trop tard]
N° ordre idéal 12
N° de prod. 511
1re diff. USA FOX (jeudi 10 septembre 1992)
1re diff. francophone Canal+ France (date inconnue)
Format image 4/3 (Full screen)
Durée ± 21 minutes
Histoire Tom Ruegger
Teleplay Garin Wolf
Réalisation Boyd Kirkland
Supervision musique Shirley Walker
Musique Lolita Ritmanis
Studio d'animation Spectrum Animation Studio
← Précédent Suivant →
Double Jeu (2) L'Œuf du Pingouin
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

La guerre des gangs fait rage à Gotham. Alors que le caïd de la drogue Arnold Stromwell lutte contre la montée en puissance de Rupert Thorne, son jeune rival, il doit également faire face à un problème encore plus préoccupant : la disparition mystérieuse de son fils Joseph.

Persuadé que Thorne en est le responsable, Stromwell engage des négociations et obtient une trêve avec son rival. Mais la rencontre est en fait un guet-apens : Thorne a fait piéger l'endroit et Stromwell ne doit son salut qu'à Batman qui le sauve in extremis.

Le Justicier Masqué lui propose alors de collaborer avec la police pour faire tomber Thorne, en échange de quoi il retrouvera son fils disparu. Batman ayant retrouvé le jeune homme, Stromwell découvre horrifié que son fils est victime de la drogue vendue par ses propres hommes et suit une cure de désintoxication. Le criminel essaie pourtant d'éliminer Batman lorsqu'ils sont pris pour cible par le gang de Thorne.

Attention, spoiler ! Ce qui suit dévoile des éléments importants de l'intrigue.

Au cours de sa fuite, Stromwell est intercepté par son frère Michael qui le replonge dans de douloureux souvenirs : ce dernier a en effet perdu une jambe en lui sauvant la vie alors qu'ils étaient enfants. Devenu aujourd'hui prêtre, Michael parvient à convaincre son frère de faire amende honorable.

Et alors que la police arrête Rupert Thorne et son gang, Stromwell se décide à faire une déposition contre lui.

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Batman / Bruce Wayne Kevin Conroy Richard Darbois
Inspecteur Harvey Bullock Robert Costanzo Gilbert Lévy
Commissaire James Gordon Bob Hastings Jean-Claude Sachot
Chick Townsend Coleman Gilbert Lévy
Père Michael Stromwell Paul Dooley Jean-Claude Sachot
Gabe Jeff Doucette Georges Caudron
Constance Blaine Linda Gary Monique Thierry
Connie Stromwell Katherine Helmond Monique Thierry
Mason Peter Jason Gilbert Lévy
Arnold enfant Alan Roberts *
Arnold Stromwell Eugene Roche Benoît Allemane
Rupert Thorne John Vernon Jean-Pierre Moulin
Michael enfant Josh Wiener *
Un homme de Thorne * Gilbert Lévy
Pete * Jean-Claude Sachot
Freddy * Jean-Claude Sachot

Remarques

Commentaires

Titres

Le titre VF est est une traduction exacte du titre original.

Écouter la musique de fond

Analyse

Il n'est jamais trop tard est un épisode bien particulier et ce à plusieurs titres. Tout d'abord, il n'y a aucun super-criminel mais seulement de simples chefs de pègre. L'épisode constitue un véritable hommage aux films de gangsters des années 30-40 et il recourt allègrement aux codes du genre : borsalino, mitraillettes et vieilles Berlines. Tout cela confère une ambiance très réaliste, sombre et résolument rétro à cet épisode, en parfaite adéquation avec l'esthétique de la série.

  • La présence d'éléments religieux est aussi bien maîtrisée : le personnage de Michael Stromwell, parfaite antithèse de son frère, apporte une notion d'espoir et d'optimisme. On soulignera que l'ombre de Batman dans l'église — au demeurant, inquiétante — évoque un peu celle d'un démon.
  • Par ailleurs, c'est l'un des rares épisodes où Batman ne règle pas la situation en envoyant son adversaire derrière les barreaux. Certes, Thorne est arrêté à la fin mais c'est surtout la rédemption de Stromwell qui est intéressante. Il s’agit d'un choix scénaristique judicieux qui montre un certain sens de la compassion chez Batman.
  • Enfin, et c'est le plus important, l'image forte de cet épisode demeure le jeune Joseph dans la clinique de désintoxication. Une fois encore, la série fait preuve de maturité, évitant les discours moralisateurs ou bien-pensants et donne une vision réaliste et sans complaisance des méfaits de la drogue.
  • Les deux flashbacks montrant la jeunesse de Stromwell et son frère sont construits intelligemment, de manière à laisser planer le suspens sur leur sort.
  • Lolita Ritmanis signe la musique de cet épisode, parfois haletante, parfois mélancolique, digne des meilleurs films du genre. C'est elle qui plus tard composera les thèmes des génériques de Justice League et Le Projet Zeta.
  • Quant à l'animation, elle est extrêmement fluide : on retiendra particulièrement certains plans et certains effets comme le jeu de reflets dans les vitres de voiture, l'incendie, la bombe fumigène ou la scène du train, qui sont particulièrement soignés.


Détails

  • Cet épisode marque la deuxième apparition de Rupert Thorne qui deviendra un personnage régulier de la série. Dr Jekyll, le retour présente d'ailleurs quelques similitudes avec cet épisode puisqu'il met en scène Rupert Thorne et son frère dans une histoire dramatique.


Références culturelles

Diverses références culturelles :

  • L'histoire est inspirée de Angels with Dirty Faces (Les Anges aux figures sales), un film de gangsters de Michael Curtiz produit par la Warner en 1938. James Cagney y jouait le rôle du truand Rocky, Pat O'Brien celui du prêtre et Humphrey Bogart un avocat véreux qui exploite Rocky.
  • Dans le film, les deux personnages ne sont pas frères mais amis d'enfance. Leur avenir se joue lors d'un casse au cours duquel Rocky se fera attraper car il court moins vite que son ami Jerry. Dès lors Rocky ne fera que des allers-retours entre la prison et une vie de gangster tandis que Jerry, devenu prêtre, aidera les enfants défavorisés de son quartier pour leur éviter un sort funeste.
  • Le thème des deux amis opposés par la loi est courant dans les films des années 30 tels que Manhattan Melodrama (L'Ennemi public n°1) ou Dead End (Rue sans issue).

Citations

Arnold Stromwell : Si jamais je tombe sur le type qui lui a vendu cette saleté…
Connie : Regarde-toi dans un miroir ! Ce sont tes hommes qui lui ont vendu Ta drogue !


Batman : Il faut que cela cesse, Stromwell ! Vous avez peut-être l'argent et le pouvoir, mais vous avez créé un monde de déchéance et de misère !


Stromwell : Je n'ai pas besoin d'aide !!!
Père Michael : Ton empire s'écroule, ton mariage bat de l'aile, ton fils se drogue… C'est sûr tu nages dans le bonheur…


Stromwell : La dernière fois que tu m'as aidé, ça t'a coûté une jambe.
Michael : Oh, je me débrouille ! (il frappe sa jambe qui rend un bruit sourd) Je touche du bois !


Traduction

Quelques remarques :

  • Au moment où Arnold Stromwell donne les fichiers à Batman, celui-ci lui dit « These are dummy books » et Stromwell répond en le braquant « And you're the dummy », répliques qui sont traduites par « Ce sont des faux » et « Vous êtes un imbécile ». Le jeu de mots n'est donc pas retranscrit en VF.
  • Petite erreur de traduction : à la fin de l'épisode, Stromwell s'adresse à Gordon en l'appelant « Inspecteur Gordon » alors qu'il est en réalité commissaire.

Médias (DVD, VHS et CD)

Cet épisode se retrouve sur :

: ce drapeau indique que le média comporte une piste audio VF.

Notons également que la musique de cet épisode, répartie sur huit pistes, est intégralement disponible sur le CD Batman: The Animated Series, aujourd'hui épuisé. Le site de l'éditeur en propose un extrait, correspondant au tout début de l'épisode.

Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

Références

Sources images et infos :