July 10, 2020, Friday, 191

Season's Beatings Justice League!

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Season's Beatings Justice League est le 28e épisode de la bande dessinée Justice League Unlimited, elle-même inspirée de la série animée La Ligue des Justiciers.

La Ligue des Justiciers
BD
Titre original Season's Beatings Justice League
Série Justice League Unlimited
Numéro / Date n°28 / Décembre 2006
Continuité Possible
Couverture Ty Templeton
Scénario Mike McAvennie
Dessins Sanford Greene
Encrage Nathan Massengill
Lettrage John J. Hill
Nombre de planches 44
← Précédent Suivant →
Climb the Mountain Untamed
Guide des épisodes BD

Sommaire

Histoire

Le soir de Noël, alors que Gueule d'Argile est en plein cambriolage, Flash, Batman, et Elongated Man surgissent et affrontent le vilain polymorphe. Grâce à un batarang sur lequel était juché Atom, Gueule d'Argile est réfrigéré. Malheureusement, à cause de la précipitation de Flash, l'un de ses complices a réussi à s'échapper. Batman reproche alors au héros de Central City son comportement immature qui met en danger la vie des innocents, et exige qu'il retrouve le criminel le plus rapidement possible.

Après une demi-heure de recherche intensive, et alors qu'il peste contre la rigidité de Batman, Flash est rejoint par Phantom Stranger. Ce dernier le fait voyager quelques années dans le passé, à la ferme des Kent, où Jonathan et Martha Kent recevaient Clark et Batman pour les fêtes de Noël… Flash constate alors combien Batman est mal à l'aise, malgré l'accueil chaleureux des Kent. Lorsque Clark lui demande de l'aide pour décorer le sapin de Noël et lui montre les décorations à l'effigie du Fantôme Gris, Batman invente même une excuse pour s'échapper.

Un nouveau saut dans le temps ramène Flash et Phantom Stranger au Manoir Wayne pendant la jeunesse de Bruce Wayne, alors que Alfred fait son possible pour dérider le jeune enfant et lui faire profiter de l'esprit de Noël. Bruce finit par accepter, bon gré mal gré, d'aller ouvrir ses (nombreux) cadeaux. Après de froids remerciements pour les premiers présents, il saute finalement de joie en découvrant parmi ses cadeaux un avion du Fantôme Gris… puis se fige à nouveau en voyant un tableau de ses parents, honteux d'avoir, pendant un bref instant, oublié leur assassinat et la promesse qu'il a prononcé après cet évènement.

De retour dans le présent, Flash retrouve le complice de Gueule d'Argile, et l'empêche de justesse d'assassiner un père de famille devant sa femme et son fils, à l'instar du traumatisme qu'avait subi Batman. Il trouve également, à cette occasion, la figurine du Fantôme Gris qui avait brièvement rendu Bruce heureux…

De retour à la Tour de Guet, Flash présente ses excuses à Batman pour les récents évènements et lui offre son cadeau (la figurine en question). Seul avec son présent, le Chevalier Noir esquisse un sourire, et souhaite un "Joyeux Noël"…

Images

Commentaires

Titre

Quelques explications sur le titre de cette histoire :

  • En anglais, "Joyeuses fêtes" se dit "Season's Greetings", alors que "to beat" se traduit par "frapper, combattre". Le titre Season's Beatings Justice League est donc un jeu de mots souhaitant à la Ligue des Justiciers des fêtes de Noël tout sauf tranquilles…
  • De même, on peut lire sur la couverture de ce numéro la mention "Deck the Hall… of Justice". Il s'agit là aussi d'un jeu de mots basé sur la célèbre musique de Noël ("Deck the Halls", qui peut se traduire par "Décorez l'entrée") et le quartier général de la Ligue des Justiciers dans la série Super Friends (Hall of Justice).

Liens avec le DC Animated Universe

Aucun élément n'est en contradiction avec les évènements racontés dans les séries du DCAU.

On notera quelques détails cependant :

  • Quelques designs de personnages ne correspondent pas à ceux vus dans les séries animées, notamment Bruce Wayne jeune, Thomas et Martha Wayne (ici plus proches des designs vus dans la versionThe Batman), ainsi que Jonathan et Martha Kent.
  • Batman fait référence à ses nombreux combats contre Gueule d'Argile.
  • Ce dernier avait par ailleurs déjà profité des fêtes de Noël pour perpétrer ses crimes dans l'épisode Trouble-fête.
  • Nous constatons l'aversion de Batman pour les fêtes de fin d'année. Elle avait déjà été mise en avant dans l'épisode Joie et Sérénité : Superman y explique en effet qu'il a insisté pour rester de garde dans la Tour de Guet.
  • Dans cet épisode, Clark montrait le même enthousiasme pour Noël, et faisait également référence à la façon dont le Père Noël emballe ses cadeaux dans du plomb pour l'empêcher d'y jeter un œil avec ses rayons X.
  • Le Fantôme Gris est d'une grande importance dans l'histoire. Nous savions déjà que Bruce Wayne en était fan depuis l'épisode Le Plastiqueur fou. Il est ici expliqué que Superman, bien qu'impressionné par la série, était également un fervent téléspectateur.

Détails

Quelques détails sur ce numéro :

  • Jonathan Kent ignore l'identité réelle de Batman : il lui conseille de se méfier de Bruce Wayne, au même titre que de Lex Luthor.
  • Wonder Woman et Green Lantern n'apparaissent pas dans cette histoire. Un clin d'œil leur est cependant fait par des décorations de Noël à leur effigie.

Références culturelles

Quelques références culturelles :

  • La couverture fait référence à la célèbre musique de Noël "Deck the Halls" (voir ci-dessus).
  • Flash espère arriver à temps pour acheter la "Playtendo 720", clin d'œil aux consoles PlayStation, Nintendo et Xbox 360.
  • En arrêtant la balle du complice de Gueule d'Argile, Flash admet qu'il n'est pas l'homme "plus rapide qu'une balle de revolver", titre habituellement réservé à Superman dans les comics.
  • Il utilise également un jouet pour dévier cette balle, qui ressemble étrangement au Géant de fer.

  • Pour rassurer le jeune enfant, il commence « 'Twas the night before Christmas… », tiré du célèbre poème A Visit from St. Nicholas de Clement Clarke Moore.
  • L'orthographe du magasin de jouet « Ton "O" Toys » fait référence au nom de la filiale « Toys "R" Us ».

Publications françaises

Cette histoire n'a jamais été publiée en français.