November 19, 2018, Monday, 322

Gloire éphémère

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Gloire éphémère (Flash and Substance) est, selon l'ordre idéal, le 83e épisode de La Ligue des Justiciers et le 31e de JLU.

La Ligue des Justiciers
Épisode
Titre français Gloire éphémère
Titre original Flash and Substance
[Éclair et Substance]
N° ordre idéal 83
Saison 5e
N° de prod. Inconnu
1re diff. USA Cartoon Network (sam. 11 fév. 2006)
1re diff. francophone France 3 (dim. 7 mai 2006)
Format image Widescreen mais…
Durée ± 21 minutes
Scénario Matt Wayne
Réalisation Joaquim Dos Santos
Musique Michael McCuistion
Studio d'animation Dongwoo Animation Co., LTD.
← Précédent Suivant →
La Légende du Prince invincible Passation de pouvoir
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

Central City s'apprête à inaugurer un Musée en l'honneur de son super-héros local : Flash. Ce dernier, qui, en tant que Wally West, a pris son après-midi, taraude Batman pour qu'il assiste à la cérémonie et le justicier de Gotham City promet de venir tandis que Trickster, Mirror Master, Captain Cold et Captain Boomerang sont convenus de lui régler son compte.

Pendant ce temps-là, le bolide écarlate échappe de peu à des attaques respectives de Mirror Master et Captain Boomerang avant que Batman et Orion n'arrivent pour lui annoncer que la présence de quatre de ses ennemis ont disparu de la circulation. Après deux échecs en solo, Cold propose à ses collègues d'unir leurs forces, proposition acceptée par tous sauf par Trickster, lequel rumine sa solitude dans un bar, et finit par révéler leur plan de l'attaquer lors de l'inauguration du Musée Flash.

Au lieu dit, Batman et Orion veillent sur la sécurité tandis que l'homme le plus rapide du Monde signe des autographes à la chaîne. Captain Cold, Captain Boomerang et Mirror Master parviennent cependant à pénétrer dans le musée grâce au miroir du poudrier de la reporter prénommée Linda.

Un combat s'ensuit qui semble tourner à l'avantage du trio de truands lorsque Flash se retrouve piégé avec la jeune journaliste précitée dans une dimension-miroir, Orion prisonnier d'un bloc de glace, et Batman le pied réfrigéré, à la merci de Captain Boomerang.

Mais, fidèle à sa réputation de brillant stratège, l'Homme chauve-souris lance une fusée dans un miroir qui permet à Flash et à Linda de revenir dans le musée. Le Bolide écarlate met Captain Boomerang KO, et libère, avec l'un des boomerangs de celui-ci, Orion, qui retourne le rayon de Cold contre lui en l'aspergeant avec une lance à eau. Enfin Batman brise avec un batarang le miroir dans lequel Mirror Master se réfugie et s'y retrouve alors prisonnier.

Les trois criminels sont ensuite emmenés par la police pendant que Flash joue les comiques devant les caméras avant de s'en aller avec Batman et Orion, le protecteur de New Genesis ayant enfin compris que le sens de l'humour du protecteur de Central City cache une grande compassion.

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Flash Michael Rosenbaum David Krüger
Batman Kevin Conroy Stefan Godin
Orion Ron Perlman Patrick Borg
Trickster Mark Hamill William Coryn
Captain Boomerang Donal Gibson Pascal Renwick
Mirror Master Alexis Denisof Gérard Dessalles
Captain Cold Lex Lang Jean-François Aupied
Linda Park Kim Mai Guest Caroline Maillard
Le maire Lani Manella *
La serveuse Lani Manella *
Marla Lani Manella *
Le supérieur de Wally Ron Perlman Patrick Larzille
Rick Lex Lang Magid Bouali
Margie Lani Manella *
Tony Alexis Denisof *
Pêcheurs Lex Lang Magid Bouali
Passager du taxi * Roland Timsit
Catherine (Earleen en VO) Kim Mai Guest *
Fillette hologramme Kim Mai Guest *

Remarques

Commentaires

Analyse

Après avoir été la vedette de l'épisode Unis pour le pire, Flash a enfin droit à un épisode mettant en scène son univers propre. De ce point de vue, le titre original, Flash and Substance, est beaucoup plus approprié que celui de la version française. Les clins d'œil au comic-book sont nombreux et savoureux, l'humour très présent que ce soit, comme d'habitude, dans les répliques du bolide écarlate ou dans les réflexions de ses ennemis.

  • Riche en action, cet épisode est parfaitement réalisé et pourvu d'une animation dynamique, sans oublier les effets spéciaux qui présentent au mieux les aptitudes des trois adversaires du bolide écarlate, que ce soit le rayon réfrigérant de Captain Cold, les hologrammes de Mirror Master ou les boomerangs de Captain Boomerang.
  • Le trio formé avec Batman, qui fait encore une fois preuve de sa grande intelligence, et Orion fonctionne par ailleurs très bien, grâce au contraste opéré entre l'humour et la légèreté de Flash d'une part, et d'autre part la froideur et le sérieux apparents de ses collègues.
  • Enfin, Gloire éphémère montre à quel point l'Homme le plus rapide du Monde est un héros proche des gens, que ce soit pour les protéger des criminels locaux, pour les aider dans le quotidien, comme le montre sa pommade donnée à Catherine, le chauffeur de taxi, pour son lumbago, ou sa tentative de ramener le Trickster à la raison.
  • En parlant de ce dernier, Mark Hamill, qui lui prête sa voix dans cet épisode, l'avait précédemment joué dans la série live Flash de 1990 (en tant que Charlatan en VF). D'ailleurs, l'équipe artistique pousse le parallèle en lui offrant un visage inspiré par celui de l'acteur en question. Et décidément pas fâché avec ce lascar, Hamill est plus récemment de nouveau rentré dans la peau du Trickster pour la série Flash de 2014.

Détails

  • J'onn J'onzz et Shayera n'apparaissent pas dans cet épisode.
  • Le Captain Boomerang était apparu précédemment dans l'épisode Unité Spéciale X (image 1), mais pas avec sa tenue emblématique, qui, elle, était visible dans l'épisode Éclipse (image 2), car un acteur jouait le rôle du lascar à écharpe lors du tournage d'une publicité mettant Flash en vedette.
  • Dans la version originale, le générique est différent à chaque épisode, certaines images en étant directement tirées :
  • Quand le Maire remet les clés de la ville à Flash, l'objet massif disparaît derrière le pupitre d'où le héros tient son court discours, et d'ailleurs il descend de l'estrade les mains vides.

Format

Bien qu'il ait été réalisé et diffusé aux États-Unis en 16/9 (Widescreen), l'épisode est programmé en 4/3 (Full Screen rogné au Pan&Scan) lors de ses programmations sur France 3 et Club RTL. Le format original est respecté sur les coffrets DVD (Widescreen anamorphosé).

Références culturelles

Quelques références culturelles à relever :

  • « Scottie, prêt pour la téléportation », dit par Wally juste avant son transfert sur la Tour de Guet. Il s'agit d'une célèbre réplique de la série Star Trek.


  • Linda Park, la journaliste qui craque complètement pour Flash, est dans les comics la femme de Wally West.
  • Le Musée Flash est une création des comics dans lesquels on retrouve comme dans l'épisode des statues de ses ennemis ainsi que des trois premiers Flash, et divers objets qui leur sont liés comme le Palier Cosmique (Cosmic Treadmill en VO), un appareil qui permet aux super-rapides de voyager dans le temps. Il en est de même pour l'anneau dans lequel Flash cache son costume.
  • Cet épisode est aussi l'occasion de mettre en scène les ennemis de l'Homme le plus rapide du Monde, lesquels, à l'exception de Gorilla Grodd, n'avaient pas été jusque là beaucoup exploités. D'ailleurs, si l'histoire se concentre sur Captain Boomerang, Captain Cold, Trickster et Mirror Master, on peut apercevoir rapidement d'autres adversaires de Flash lors de caméos. Ainsi apparaissent furtivement lors des deux scènes du bar, Mr Element et Dr Alchemy, qui peuvent tous les deux transmuter la matière, le magicien Abra Kadabra, Clive Yorkin, capable d'absorber l'énergie vitale d'autrui, le Fiddler, violoniste dont l'instrument possède des vertus hypnotiques entre autres, Weather Wizard, contrôlant la météo à l'aide d'une baguette, le Flûtiste, qui charme les autres grâce à son instrument, Turtle Man, l'Homme le plus lent du Monde et la Toupie, capable de tourner sur lui-même à une vitesse hallucinante.


Hauts en couleur, ils constituent une galerie de personnages, appelée dans les comics "les Lascars", qui n'a rien à envier aux ennemis de Superman ou de Batman par le danger qu'ils représentent pour le héros, même si Gloire éphémère les présente initialement comme des ratés qui ont du mal à boucler leurs fins de mois.

  • Dans les comics, Wally West est le troisième Flash, et des clins d'œil sont faits à ses deux prédécesseurs, Jay Garrick et Barry Allen, son oncle par alliance et mentor. En effet on peut voir furtivement lors de l'inauguration un homme blond vêtu de rouge et portant un bébé sous un casque ailé, ce qui rappelle Jay Garrick tandis que le supérieur de Wally ressemble beaucoup à Barry Allen, auquel il a en outre emprunté sa profession et sa base d'opérations. En effet, dans les comics, Wally West travaille à Keystone City, ville voisine de Central City, en tant que mécanicien pour la police locale. Enfin, dans la Tour de Guet, il annonce que son oncle doit venir à l'inauguration du Musée.
  • Lorsque Flash se retrouve avec Linda Park piégé dans une dimension-miroir, il conserve sa vitesse au contraire du comics, dans lequel Wally est alors coupé de la source de ses pouvoirs, la Force Véloce (Speed Force en VO).

Citations

Flash (s'adressant à Mirror Master) : Pendant que tu attends que je vienne t'arrêter, je crois que tu devrais prendre un peu de temps pour réfléchir comme tes miroirs.


Flash (après qu'Orion a détruit une affiche à son effigie) : Oh bah non, c'était ma dernière affiche parlante !
Orion : Euh… C'est elle qui a commencé.


Orion (parlant de Flash) : Quand je pense que Central City a érigé une statue de ce crétin qui ne sait faire que des plaisanteries et qui se préoccupe du sort d'hommes aussi pitoyables que ce Trickster. J'ai du mal à comprendre.
Batman : Eh oui… Tu ne comprends rien.


Médias (DVD, VHS et CD)

Cet épisode se retrouve sur :

Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

Références

Sources images et infos :