October 23, 2018, Tuesday, 295

Le Motard du cosmos (2e partie)

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Le Motard du cosmos (2e partie) (The Main Man) est, selon l'ordre idéal, le 9e épisode de Superman : La Série animée. Cet épisode marque la première apparition, dans la série et dans le DCAU, de la Forteresse de solitude.

Superman : L'Ange de Métropolis
Épisode
Titre français Le Motard du cosmos
Titre original The Main Man [L'Homme principal]
N° ordre idéal 9
Saison 1re
N° de prod. 009
1re diff. USA The WB (samedi 16 novembre 1996)
1re diff. francophone Canal+ France (mer. 7 mai 1997)
Format image 4/3 (Full screen)
Durée ± 21 minutes
Scénario Paul Dini
Réalisation Dan Riba
Musique Harvey R. Cohen
Studio d'animation Koko Enterprise Co., LTD.
Dong Yang Animation Co., LTD.
← Précédent Suivant →
Le Motard du cosmos (1) Souvenirs volés
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

Chez l'Empereur Spooj, Gaspard et ses acolytes annoncent à leur hôte que Lobo a laissé filer Couineur pour une récompense plus importante. Fou de rage, Spooj les envoie pour le ramener mort ou vif.

Pendant que Lobo, dans sa cage, se fait endormir et affaiblir à la moindre tentative d'évasion par la diffusion d'un gaz, Superman, malgré la privation de ses pouvoirs, trouve un moyen ingénieux pour casser la vitre de sa cellule. Lobo supplie alors le Kryptonien de l'aider, lequel accepte à la condition que le Czarnien retire ses menaces de destruction de la Terre.

Leur entraide se trouve être nécessaire car les deux, encore diminués, ne peuvent rivaliser seuls contre les robots qui les poursuivent à travers le vaisseau, et s'en sortir face aux pièges que tend le Préservateur. Et tandis que les évadés retrouvent Couineur, bientôt s'ajoutent aux problèmes Gaspard et ses complices.

Les chasseurs de primes parviennent à encercler les fuyards, mais Superman réussit à se frayer un chemin pour atteindre un espace dédié aux animaux de la Terre. Là-bas, sous une lumière de soleil jaune, il recouvre toutes ses capacités et défait ses assaillants.

Attention, spoiler ! Ce qui suit dévoile des éléments importants de l'intrigue.

Pendant ce temps, Lobo regagne l'aire d'embarquement où se trouve sa moto. Cependant, il tombe sur le Préservateur qui, pour l'empêcher de s'échapper, se mue en un montre terrifiant et surpuissant. Le Czarnien puis Superman peinent contre cette créature rouge, mais Lobo finit par s'en débarrasser à l'aide d'une ouverture sur le vide spatial.

Enfin, Lobo retourne en vainqueur chez l'Empereur Spooj, en lui ramenant Couineur. Alors que sur Terre, Superman fait un tour dans sa Forteresse de solitude, un lieu taillé dans et caché sous la glace de l'Arctique, dans lequel vivent désormais, derrière une vitre, les espèces du Préservateur.

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Superman / Clark Kent Tim Daly Emmanuel Jacomy
Lobo Brad Garrett Pascal Renwick
Le Préservateur Sherman Howard Mario Santini
Couineur (Sqweek) David L. Lander *
Gaspard (Gnaww) Don Harvey Mario Santini
L'Empereur Spooj Richard Moll *
Le serpent Frank Welker Muet
Les filles extraterrestres Lara Cody Magali Barney
Le robot du Préservateur Bruce Timm *
Robot de la sécurité * Roland Timsit

Remarques

Quelques remarques :

  • En VF, la voix de Couineur (Sqweek) n'est plus assurée par Marc Perez comme dans l'épisode précédent.
  • Le serpent géant n'a pas d'interprète français. La VF propose seulement quelques bruits de serpent à sonnette.
  • On regrettera surtout, dans la VF, la suppression de l'interpellation de Lobo, enfermé dans sa cellule, à l'adresse de Superman, qui ne se retourne donc que pour des coups peu audibles sur la vitre. De même, quand Superman se prépare à casser la vitre de la cellule de son futur partenaire, le faible volume du Ah ! produit par Lobo, surpris, est préjudiciable car il tend à annuler l'effet comique de l'expressivité soudaine du Czarnien.


Analyse

Autant dire d'emblée que la 1re partie du Motard du cosmos, déjà bien mouvementée, était la rampe de lancement de la 2e, qui, déchargée de toute mission explicative, s'envole dans les airs les plus décomplexés de l'action et de l'humour. Au point que cet épisode suit de près, en termes d'agitation, l'intensité du torrent que connait la 2e partie de Centrale nucléaire. De plus, le basculement de la relation ennemi/ennemi à une relation d'entraide entre Superman et Lobo permet de renouveler le piquant de l'aventure.

  • Le ton fun et cool prend une ampleur considérable ici ; pratiquement chaque détail concourt à gonfler la vague délirante qui traverse cet épisode, du plus spectaculaire comme le ver géant, au plus gratuit comme le clin d'œil entre les deux femmes cyborgs. Même le Préservateur, ayant jusque là échappé à toute immixtion de folie en lui, se fait engloutir par la déferlante, via une transformation démesurée qui tient lieu de clou du spectacle.
  • De même, l'esprit cartoon participe au résultat jubilatoire. On retrouve notamment deux running gags entamés dans la 1re partie : les situations où Couineur se retrouve bloqué ou enfermé, et celles où Lobo - véritable trompe-la-mort digne de Vil Coyote (Looney Tunes) - collectionne les rayons et gazs envoyés contre lui. D'ailleurs, grâce à cette écriture ancrée dans le décalage permanent, les scénaristes ont pu continuer à contourner la censure ; un bon exemple : alors cramé, le soudard czarnien souffle de la fumée par la bouche, ce qui donne l'illusion qu'il fume un cigare, conformément à son modèle des comics. Mais, dans ce cas, l'impression est plus forte en VO car au lieu de ne faire que parler, tel que c'est le cas dans la VF, Lobo expire vraiment une fois la fumée. On peut remarquer aussi que cette même image transforme l'anti-héros en un stéréotype d'afro-américain des années 70, à l'instar des vieux cartoons qui changeaient les personnages victimes d'explosion en caricature d'africain issu d'une tribu.
  • En contrepoint néanmoins de ses facettes trippantes, l'histoire possède un versant plus émouvant en offrant deux jolies scènes qui introduisent des éléments clés à la mythologie de Superman : la force que lui procure la lumière de soleil jaune, et la Forteresse de solitude.
  • Le côté western perdure durant cette 2e partie : chasse à l'homme, fusillade, encerclement, métaphore de cheval et de lasso... On note aussi une mélodie d'inspiration far west, avec violon et guitare sèche, justement à un moment où Lobo et Superman se disent adieu, tels deux cowboys devant une frontière au delà de laquelle ils peuvent enfin accéder à la liberté.
  • Vers la fin de l'épisode, l'apparition du dodo - à la fois oiseau endémique de l'Île Maurice, effacé de la surface de la Terre depuis la fin du XVIIe siècle, et symbole de l'impact néfaste de l'Homme sur la faune - a de quoi adoucir notre jugement sur le Préservateur. Cela dit, on note chez ce dernier une conception des animaux dépassée, réductrice, car mécaniste, lorsqu'il prétend qu'ils n'ont pas de sentiments.
  • Enfin, un autre point de fond concerne les nombreuses allusions aux îles (par exemple, la musique à la sauce tahitienne de la scène où Lobo retrouve l'Empereur Spooj) semées dans les deux épisodes. Celles-ci peuvent nous conduire à voir en cette histoire une métaphore des planètes en îles perdues dans l'océan infini de l'espace. Il appartient donc aux habitants de faire en sorte que leur planète reste ou devienne une île paradisiaque à l'image de la Terre, endroit d'une beauté incomparable où l'on prend soin des uns et des autres, et non un enfer tel que là où réside l'Empereur Spooj, un territoire inquiétant dans lequel les plus forts asservissent les plus faibles.
  • Le sauvetage des créatures du zoo du Préservateur est certes une manifestation de la compassion de Superman mais le choix du héros de ne pas partager cette découverte dépasse ce premier constat. En effet, il y a tout lieu de penser que, lors de la 1re partie, le lapsus du professeur Hamilton à travers lequel on sentait une curiosité déplacée a planté le germe d'une nouvelle réflexion chez l'Homme d'acier. Désormais, Superman accordera moins de crédit aux scientifiques, d'autant qu'il sait vers quoi la quête de la science et l'aveuglement instillé par la technologie peuvent amener : Brainiac et la funeste destinée des Kryptoniens.

Détails

Quelques détails sur l'épisode :

  • Hormis Superman, aucun personnage régulier n'apparait durant l'épisode.
  • La Forteresse de solitude apparait ici pour la première fois mais ne sera nommée que plus tard dans la série.
  • À la fin du générique, nous avons droit à un amusant message expliquant qu' « aucun animal, extraterrestre ou robot n'a été maltraité pour la réalisation de ce dessin animé ». Preuve irréfutable de la singularité de l'épisode.

Incohérences ou Éléments inexpliqués

Quelques petits détails :

  • Lorsque Lobo fait rouler les têtes des androïdes à travers Superman, il est quand même curieux que la cape de ce dernier ne soit pas touchée.
  • Au final, aucun renseignement n'est donné sur comment procède le Préservateur pour que les créatures de son zoo cosmique survivent, alors qu'aucun couple d'une même espèce n'est visible.

Références culturelles

Diverses références culturelles :

  • On peut apercevoir dans la cellule de Lobo un poster d'un groupe nommé Kizz. Il s'agit bien entendu d'un clin d'œil au groupe de rock Kiss, dont les membres sont maquillés dans le même style que Lobo.
  • Dans la VO, Lobo appelle une fois Superman par un surnom qu'emploie surtout les fans du héros : Supes.
  • Toujours en VO, suite à l'éclatement de la vitre de la cellule de Lobo, l'un des androïdes formule un « Oh, jinkies ! », une exclamation de surprise caractéristique de Véra, le personnage de Scooby-Doo.
  • L'un des vaisseaux de l'aire d'embarquement (image 1) a des airs du Batwing de Batman : La Série animée.
  • Ajoutons que la scène dans laquelle Superman fait fondre le vaisseau sur le Préservateur peut évoquer la mythique mort du Bouffon Vert, l'ennemi juré de Spider-Man tué dans son propre repère.
  • La fin du Préservateur, avalé par l'espace, n'est pas sans rappeler celle que connait l'alien du film de James Cameron Aliens, le retour.
  • Le verre que tient Lobo, lors de sa discussion avec l'Empereur Spooj, est à l'effigie des moais, les célèbres et colossales statues de l'Ile de Pâques qui, selon les théories les plus fantaisistes, auraient été façonnées par des ET.
  • Lors de la 2e scène avec l'Empereur Spooj, il ne fait plus vraiment de doutes qu'il est inspiré de Jabba le Hutt, le personnage de La Guerre des étoiles : les deux sont d'imposantes créatures avec une tête disproportionnée, leur beauté est plus que discutable et ils enchaînent, si cela leur chante, leurs sujets. N'oublions pas non plus qu'en début d'épisode la musique a des accents propres aux mélodies de la saga cosmique précitée.

Citations

L'Empereur Spooj : Je n'arrive pas à y croire ! Non seulement Lobo a échoué dans sa tentative de m'livrer Couineur, ton voleur de frère, mais tu viens d'me dire en face qu'il a accepté une fortune pour le laisser s'échapper !
Gaspard : C'est la vérité, Empereur Spooj. Sur mon honneur de chasseur de primes !


Lobo (en parlant des robots qui poursuivent lui et Superman) : S'ils nous ramènent dans nos cages, j'suis prêt à parier qu'ils nous ligoteront avec du fil de fer barbelé. J'reconnais qu'ça manque pas d'piquant pour passer la soirée mais j'ai mon prisonnier à libérer.


Le Préservateur (serrant dans sa main Lobo) : Comment ai-je pu penser qu'une ordure dans votre genre valait la peine d'être sauvée ?!
Lobo : J'ai un charmant sourire !


Lobo (en parlant de Superman et du sort des créatures capturées par le Préservateur) : I guess that boy's just a sucker for hard-luck cases.


Traduction

Quelques remarques sur la traduction française :

  • La 1re fois que Lobo est victime du gaz des femmes cyborgs, il les nomme, en VO, « robo-bims », un jeu de mot entre « robot » et « bimbo ».
  • Quand Lobo formule des menaces à Superman, sa réplique de la VO « Je m'échapperai et te botterai ton gros S à travers la galaxie » comprend un jeu de mot par consonance entre le S et « ass » (« derrière »).
  • En VO, Superman traite Lobo de grande gueule après que celui-ci a provoqué bêtement les robots du Préservateur.
  • Lorsque Lobo s'adresse au robot qui lui a brûlé la tête, les deux versions s'opposent totalement : la pseudo insulte « Fragger » (une forme détournée, plus convenable, de « Fucker ») de la VO devient en VF « Alors ça, ça m'défrise », renvoyant à la chevelure hérissée dont il vient d'hériter. Pour l'anecdote, compte tenu des circonstances (aspect cliché d'afro-américain des années 70) dans lesquelles Lobo prononce "fragger", il est possible que ce mot s'entende aussi comme une allusion à "nigger" (négro), un terme beaucoup employé dans les films dits de blaxploitation par des personnages eux-mêmes noirs.
  • Superman, près d'être dévoré par le serpent géant, sermonne Lobo qui contemple le spectacle. Le Czarnien se lève alors sans entrain pour lui venir en aide. En VF, ce manque de motivation est souligné par sa réplique « Bon bah quand faut y aller, faut y aller. », alors qu'en VO, il feint un enthousiasme, pas dans le ton mais le sens de son « whoop-dee-fragging-doo » (forme détournée de « whoop-dee-doo », une exclamation exprimant l'excitation).
  • Au moment où Lobo tend la peau du serpent géant à Superman, il propose : en VO, une « ceinture » (sans doute une allusion à celle du héros) ; en VF, un « sac à main ».
  • Dans la jungle, en retrouvant Couineur, Lobo demande à celui-ci de dire « Au revoir » à l'androïde, or, en VO, il utilise « Aloha », le célèbre mot hawaïen auquel renverra la chemise à fleurs du Czarnien à la fin de l'épisode.
  • Un bon exemple de réplique de la VF infantilisant Lobo : mécontent que Gaspard parle mal de sa moto, le Motard du cosmos s'énerve et ajoute que - détail absent de la VO - le bolide est « un cadeau de [sa] maman ».
  • Juste avant la métamorphose éclair du Préservateur, Lobo commence par se moquer de son futur adversaire. Puis, devant le monstre effrayant qui apparait, Lobo s'écrie, en VF, « Oh le gros pas beau ! », alors qu'en VO, il se dit qu'il devrait éviter les provocations, se référant autant à celle qu'il vient d'effectuer que celle qu'il avait adressée aux robots suite à son évasion.
  • À la fin, Lobo, en parlant du traitement des créatures sauvées par Superman, est ironique vis-à-vis du héros, qu'il dit attiré par les cas sociaux (« I guess that boy's just a sucker for hard-luck cases »).

Médias (DVD, VHS et CD)

Cet épisode est disponible sur :

: ce drapeau indique que le média comporte une piste audio VF.


Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

Références

Sources images et infos :