October 31, 2020, Saturday, 304

Le Ventriloque (DCAU)

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès
Cet article concerne le criminel du DCAU. Pour les autres interprétations du personnage, voir Le Ventriloquealt=Page d'aide sur l'homonymie

Dans le DC Animated Universe, le Ventriloque est un criminel de Gotham City, par le biais de sa marionnette Scarface.

Personnage de Batman TAS
Le Ventriloque
Série d'origine Batman TAS
Autre(s) série(s) The New Batman Adventures
La Ligue des Justiciers
Première apparition Le Ventriloque (BTAS)
Dernière apparition Un monde meilleur (2e partie) (JL)
Nom Le Ventriloque
Scarface
Nom original (VO) The Ventriloquist
Identité réelle Arnold Wesker
Alias Guignol
Statut Criminel réformé
Sexe Masculin
Âge Inconnu. La cinquantaine ?
Origine La Terre (humain)
Cheveux Gris
Yeux Noirs
Pouvoirs Aucun si ce n'est un talent certain pour la ventriloquie.
Armes Mitraillette Thompson miniature
Caractéristiques Le Ventriloque est un petit homme renfermé matérialisant ses penchants criminels sous la forme du pantin gangster Scarface.
Base Entrepôt de mannequins désaffecté
Scierie désaffectée
Lieu d'action principal Gotham City
Voix originale(s) George Dzundza
Voix française(s) Mario Santini (BTAS)
Jean-Claude Sachot (BTAS, TNBA)
Daniel Lafourcade (TNBA)
Personnage créé par Alan Grant, John Wagner et Norm Breyfogle
Date de création 1988
Personnages de la sérieForum

D'après les séries

Dans Batman : La Série animée

Le mystérieux gangster Scarface, pantin ayant pris vie dans l'esprit du ventriloque déséquilibré Arnold Wesker, fait les gros titres en menant une série de braquages parfaitement organisés. Batman remonte la piste de l'improbable duo mais sous-estimant l'intelligence diabolique de la marionnette, se retrouve capturé et ne doit son salut qu'en accusant le Ventriloque de jouer double-jeu, dressant les deux personnalités l'une contre l'autre. Scarface est détruit dans la bagarre mais le vieux marionnettiste, incarcéré à l'asile d'Arkham, a tôt fait d'en fabriquer un nouvel avatar.

Le Ventriloque se voit confier la charge de bailli lors du procès contre Batman dressé par les patients d'Arkham mais l'autorité naturelle de Scarface a tôt fait de l'imposer comme le plus qualifié des deux.
Pour son coup suivant, le caïd modèle réduit s'assure la complicité de Selina Kyle, qu'il persuade de voler une collection d'animaux empaillés, dans le but non avoué de s'en emparer pour son propre compte en faisant accuser la féline à sa place. Catwoman, ayant réchappé du piège qui lui a été tendu, traque le binôme jusqu'à son repaire où elle détruit Scarface en représailles, l'intervention de Batman l'empêchant de faire subir le même sort au Ventriloque.
À Arkham, le tandem, ayant fait les frais de la cruauté du chef de la sécurité, Lyle Bolton, est entendu par le conseil d'administration de l'asile.

Dans The New Batman Adventures

Après des mois de thérapie, Arnold Wesker est finalement jugé apte à réintégrer la société et se voit offrir un emploi et un appartement par Bruce Wayne. Mais harcelé par des visions incessantes de Scarface du fait de ses anciens complices Rhino et Mugsy, le Ventriloque retourne à la vie criminelle. Furieux d'avoir été forcé à faire son come-back prématurément, le pantin se retourne contre ses hommes de main avant de se retrouver séparé de son ventriloque par Batman.

Attention, spoiler ! Ce qui suit dévoile des éléments importants de l'intrigue.

Tout reposant à présent sur Wesker, ce dernier se décide à détruire Scarface, l'éliminant apparemment pour de bon. À présent délivré de sa diabolique seconde personnalité, Arnold n'est pas inquiété par la justice et peut enfin vivre sa vie.

Dans La Ligue des Justiciers

Dans le monde des Seigneurs de Justice, le Ventriloque est un pensionnaire modèle d'Arkham, Scarface ayant été lobotomisé à sa place.

Dans Batman : La Relève

Des années après que Bruce Wayne a raccroché la cape de Batman, un exemplaire de Scarface, criblé de balles, est toujours conservé sous verre dans la Batcave.










D'après les BD tirées des séries

Dans Puglic Enemy, Scarface, qui garde son défaut de prononciation des comics sous prétexte d'avoir eu les lèvres arrachées lors d'une bagarre, mène un braquage déjoué par Robin. Dans Puppet Show, Wesker est manipulé par la présentatrice de l'émission pour enfants où il a été engagé, dans le but de faire assassiner son producteur par Scarface. Celui-ci est finalement contré par une nouvelle marionnette, Froggy. His Master's Voice est sans doute l'histoire la plus intéressante : on y apprend qu'Arnold Wesker, né dans une famille mafieuse, a perdu sa mère étant enfant lors d'un règlement de compte. Le Ventriloque continue à apparaître dans les comics liés à TNBA : Saving Face le voit s'opposer à Scarface et Crazy Talk au Creeper.

D'après les comics

Issu de l'imagination du scénariste britannique Alan Grant, le Ventriloque voit le jour dans les pages de Detective Comics #583 en février 1988, où son pantin de patron Scarface fait ses débuts à la tête d'un trafic de drogue particulièrement barbare.

Arnold Wesker réprima toute émotion depuis son enfance, le jour de la mort de ses parents, percutés par un camion sous ses yeux. Sa colère finit par resurgir lors d'une querelle dans un bar, ce qui lui vaut une peine de prison pour homicide. Dans sa cellule, il entend une voix provenant du pantin sculpté par son compagnon de chambre à partir du bois de la vieille potence, le poussant au crime, auquel il donnera l'apparence d'Al Capone ainsi que son surnom. Adversaire récurrent de Batman, le duo figure dans des histoires aussi notables que Knightfall ou No Man's Land, où d'autres personnalités alternatives naîtront de l'esprit malade du Ventriloque, comme Socko la chaussette ou le terroriste Quakemaster.

Le personnage connaît pourtant une fin peu glorieuse en 2006, abattu par un tueur à gages sous les ordres du mafieux rival Great White Shark. Lui succède une femme, Peyton Riley. Mais cela ne dure qu'un temps et bien vite, Wesker fait son retour, sans mention de son trépas. Sous l'effet de la drogue Venom de Bane, il peut ainsi faire de ses victimes des marionnettes humaines.

Analyse

D'après Bruce Timm, l'une des rares créations récentes des comics à posséder l'aura d'un bat-vilain classique, à la fois gangster retro et malade mental et à ce titre, fréquemment comparé aux truands tout aussi excentriques que confronte Dick Tracy, c'est sans doute grâce au DCAU que le Ventriloque assiéra véritablement sa notoriété, le personnage y étant traité, comme d'autres figures de controverse avant lui, avec beaucoup de sérieux.

Encore relativement obscur, le personnage est introduit comme une figure de mystère, cerveau criminel tapi dans l'ombre. Outre le coup de théâtre que constitue la nature de Scarface, on ne sait au final que peu de choses sur Arnold Wesker, que ce soit son passé ou l'origine de sa folie, même son nom demeure inconnu durant la première série. Un choix cohérent compte tenu du tempérament très secret du Ventriloque.

Rien ne semble en apparence prédestiner ce petit homme timoré au crime de haute volée, ce dont il est d'ailleurs le premier conscient. Son attirance qu'il n'assume pas pour cette vie sulfureuse et ses complexes monumentaux ont tant et si bien donné naissance à un être doué de sa volonté propre, antithèse absolue de sa personne, auquel il préfère se soumettre totalement que de prendre en main ses propres choix, bons comme mauvais : Scarface. Cette prédominance du personnage fantasmé, créé de toutes pièces, sur la personne véritable, n'est pas sans trouver son écho dans la dualité Batman / Bruce Wayne dont elle incarnerait le reflet déformé jusqu'à l'absurde, trouvant donc sa place parmi les dignes adversaires du Chevalier Noir, qui éclairent à leur façon un aspect de sa personnalité.

A contrario de vilains jusque-là kitsch comme Mister Freeze ou l'Homme Mystère, la démesure de la folie du Ventriloque est retranscrite sans ambages, dans tout ce qu'elle a de pittoresque, au point de décontenancer jusqu'aux personnages de la série eux-mêmes. Le vieil homme est en quelque sorte l'aboutissement logique de la criminalité de Gotham, la folie sans artifices.
Dépourvu de moyens apparents, Scarface se voit l'objet d'incrédulité voire de moqueries tant il est vrai que la marionnette gesticulante et hargneuse, physiquement démunie, s'avère ridicule de prime abord. Cette impression est d'autant plus renforcée par sa personnalité grossière, typique du gangster à l'ancienne.

Pourtant sous cette apparence grotesque sommeille un génie criminel aussi minutieux que sournois, un adversaire étonnamment redoutable. À cette tête de bois n'ayant à sa disposition ni super-pouvoirs ni gadgets improbables, les scénaristes ont pris grand soin de conférer une véritable ruse diabolique, l'érigeant ainsi en adversaire crédible sur le plan mental du Chevalier Noir, qu'il parvient, dès leur première confrontation, à prendre à son propre piège.

Ainsi l'abominable pantin peut-il asseoir en toute légitimité sa domination sur son Ventriloque. Évoquant l'archétype du petit teigneux compensant sa taille réduite par un tempérament agressif, Scarface revendique à travers son leadership sa propre existence, transmettant à son marionnettiste son refus catégorique d'admettre sa nature fictive.
Cette tête de bois puise sa force dans le fait qu'elle est tout ce que le pusillanime Wesker n'est pas. Autoritaire jusqu'à la tyrannie, dynamique et excessivement colérique, elle domine sans conteste son alter-ego, son charisme faisant particulièrement impression sur les âmes faibles. À ce titre, le pantin ne supporte pas l'idée que le contrôle puisse lui échapper, allant jusqu'à la paranoïa et fera donc chèrement payer à ses acolytes lorsque ceux-ci auront cru pouvoir l'exploiter à leurs propres fins.

Fantasme de son créateur, le petit gangster est aussi son propre tortionnaire, extériorisant une haine de soi et une brutalité des plus dérangeantes. Le contrôle de Scarface sur Wesker, renversement évident du rapport liant le marionnettiste à son pantin (explicité par le sobriquet infamant de « guignol » affublé par Scarface à son Ventriloque), est si absolu que Batman lui-même ne peut espérer supplanter la terreur qui paralyse le vieil homme. Malgré la désapprobation apparente de ce dernier quant aux activités de sa marionnette, celui-ci entretient un rapport de dépendance vis-à-vis de celle-ci comme pour un être cher.

Loin du spectacle pour enfants qu'il évoque, Scarface s'avère être l'un des adversaires les plus violents du croisé masqué que ce soit par sa cruauté propre ou par le sort qui lui est habituellement réservé. Car n'étant pas considéré comme un être vivant par le comité de censure, le pantin, véritable défouloir, se retrouve donc victime de toutes sortes de destructions très explicites issues de l'imagination des scénaristes du DCAU, manifestement enthousiastes à l'idée de traumatiser les plus jeunes spectateurs. Le Ventriloque n'arrive toutefois à rationaliser qu'un temps durant la mort de Scarface avant de lui redonner invariablement vie, insufflant ainsi une nouvelle force à cet esprit maléfique.

Il est à noter que Bruce Timm et son équipe ont tâché au maximum de donner l'illusion de vie au pantin, en supprimant son défaut de prononciation des comics où il est incapable de prononcer les « b ». On ne peut qu'approuver leur décision (que Timm est allé jusqu'à défendre devant DC Comics) de faire de Wesker un maître ventriloque, évitant ainsi de sombrer dans le gag facile tout en apportant plus de poids à l'étrange aura de Scarface.

Le pouvoir de nuisance du pantin est tel qu'il s’étend au-delà de son alter-ego, allant jusqu'à refaire basculer durablement Catwoman dans la voie du crime. Paradoxalement, c'est avant sa dupe que Wesker atteindra la rédemption. L'élément le plus discret du duo accède donc enfin au premier plan dans sa quête de réhabilitation, toujours hanté par son mauvais génie, qui semble décidément jouir d'un pouvoir surnaturel. Cette dernière manipulation, thème récurrent dans ses épisodes, sera celle de trop pour Arnold qui retrouve, plus encore que sa liberté, sa dignité en tuant symboliquement sa double personnalité.





















Notes sur le design

Dans Batman TAS, le design du Ventriloque reprend la plupart de ses caractéristiques des comics : sa calvitie naissante, son habit d'artiste de music-hall et ses verres de lunettes opaques. Il a toutefois été choisi de lui faire perdre son embonpoint pour le rendre plus effacé. Scarface quant à lui, garde le costume bleu et le borsalino blanc inspirés du film de 1932 mais perd son apparence clownesque au profit de dents et d'yeux jaunes.
L'apparence de Wesker change radicalement dans TNBA : afin d'accentuer sa nervosité, son crâne gagne en proéminence, évoquant la forme d'une ampoule, ses yeux deviennent visibles et ses cheveux se font encore plus rares. Il porte un simple costume de ville pour symboliser son intégration sociale. Scarface se trouve lui aussi pourvu d'une tête plus large avec un mono-sourcil, la couleur de ses cheveux a viré du châtain au brun, sa cicatrice parcourt cette fois la partie droite de son visage de haut en bas, son cigare a disparu et son costume est devenu blanc.

Image:Ventriloque - Design.jpg

Voix originale

Il a été décidé de faire doubler les deux personnalités par un seul acteur, c'est donc au seul talent de George Dzundza qu'a été confié le double rôle du Ventriloque et de Scarface.

Voix françaises

Divers comédiens français se sont succédés :

  • Dans Le Ventriloque, le duo est doublé en VF avec brio par Mario Santini, qui a su à merveille alterner entre un Wesker fluet et un Scarface tonitruant.
  • Jean-Claude Sachot prend la suite dans BTAS. Si son interprétation de Scarface passe sans problèmes, sa voix rocailleuse ne convient guère au timoré Ventriloque. C'est sans doute la raison pour laquelle il ne conservera que le pantin dans TNBA.
  • Dans Sinistre Marionnette, Arnold hérite de la voix claire de Daniel Lafourcade, la VF donnant donc à chaque moitié un interprète différent.

Épisodes

Légende :
 : épisodes-clés exposant les origines du personnage ou relatant des évènements dont les conséquences seront importantes dans la vie de celui-ci.
(caméo) : épisode dans lequel le personnage n'apparaît qu'un bref instant, généralement sans avoir de réplique.
(mentionné) : épisode dans lequel le personnage n'apparaît pas mais dans lequel il est mentionné.

Batman TAS :

The New Batman Adventures :


La Ligue des Justiciers :

Bandes dessinées

The Batman Adventures :


Batman & Robin Adventures :

Batman: Gotham Adventures :

Figurines

Le Ventriloque et Scarface sont sortis en figurine dans la collection Puppets of Crime. Bien qu'estampillée TNBA, seule la couleur beige du costume de Wesker fait écho à cette dernière, tout le reste s'inspirant clairement du design de BTAS.

Références

Sources images et infos :