July 15, 2020, Wednesday, 196

Le Fléau (Batman : La Relève)

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès
Cet article concerne l'épisode de Batman : La Relève. Pour les personnages portant ce nom ou les épisodes, voir Le Fléaualt=Page d'aide sur l'homonymie

Le Fléau (Meltdown) est, selon l'ordre idéal, le 7e épisode de Batman : La Relève.

Batman : La Relève
Épisode
Titre français Le Fléau
Titre original Meltdown [Fusion]
N° ordre idéal 7
Saison 1re
N° de prod. 07
1re diff. USA The WB (sam. 14 février 1999)
1re diff. francophone Canal+ France (sam. 16 juin 1999)
Format image 4/3 (Full screen)
Durée ± 21 minutes
Scénario Hilary J. Bader
Alan Burnett
Histoire Hilary J. Bader
Réalisation Curt Geda
Supervision musique Shirley Walker
Musique Lolita Ritmanis
Studio d'animation Koko Enterprise Co., LTD.
Dong Yang Animation Co, LTD.
← Précédent Suivant →
La main passe Monstres sacrés
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

Pour prouver à Derek Powers qu'elle peut facilement régler le problème de son corps irradié, le professeur Stephanie Lake propose une démonstration : transplanter le cerveau de Victor Fries, alias Mr Freeze, dans une nouvelle enveloppe. L'opération est un succès et Fries, dans un corps identique à celui qui était le sien, connait à nouveau les sensations humaines après plusieurs décennies.

Reprenant progressivement goût à la vie et redémarrant de zéro, Victor Fries accomplit quelques actions hautement symboliques. Le battage médiatique entretenu par Derek Powers soulève les soupçons de Bruce Wayne qui charge Terry McGinnis de mener l'enquête.

Mais malgré la volonté de Fries, ses défaillances médicales, mémorisées par son ADN, le rattrapent. Suffocant même sous une température minimale, il se rebelle contre Lake et Powers lorsque ceux-ci tentent de l'éliminer, et réendosse le costume de Freeze.

Attention, spoiler ! Ce qui suit dévoile des éléments importants de l'intrigue.

Après avoir éliminé Lake, son armure est gravement endommagée par Powers métamorphosé en Fléau. Terry intervient et combat pour la première fois le Fléau, sans deviner son identité. Powers évincé, Freeze affirme sa volonté d'en finir avec la vie, en dépit des mots de Terry à son encontre, et emporte l'immeuble avec lui. Plus tard, Bruce et Terry méditent sur le sort de Freeze et le tort relatif qu'ils ont eu de se méfier de lui.

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Batman / Terry McGinnis Will Friedle Didier Cherbuy
Bruce Wayne Kevin Conroy Patrick Messe
Dr Stephanie Lake Linda Hamilton Michèle Buzynski
Victor Fries / Mr Freeze Michael Ansara Jean-Claude Sachot
Derek Powers / Le Fléau Sherman Howard Jean-Jacques Nervest
Dana Tan Lauren Tom Sarah Marot
Madame Winston Tress MacNeille *
Le tireur Joe Spano Achille Orsoni
Le capitaine de la péniche Corey Burton Achille Orsoni
Le négociateur Stuart Pankin Achille Orsoni
Docteur #1 John Rubinow Olivier Rodier
Docteur #2 Joe Spano Achille Orsoni
Le malfrat au manteau * Olivier Rodier
La journaliste Tress MacNeille Michèle Buzynski
Un garde * Olivier Rodier

Remarques

Notes :

Commentaires

Titres

Le titre original et le titre français sont plutôt éloignés l'un de l'autre. Meltdown, qui signifie « fusion », se rapporte à la fois à la persona radioactive de Derek Powers et à la fin tragique de Freeze, avec la métaphore de la fonte grâce au verbe « melt ». L'adaptation française appelle tout simplement l'épisode « Le Fléau » ne gardant vraiment que la référence à Powers et soulignant peut-être la toute première fois où il se surnomme ainsi et affronte Terry McGinnis.

Analyse

  • Ce rappel exceptionnel de Mister Freeze au sein d'une série et d'un futur où il n'a plus sa place, où de nouvelles forces sont aux commandes, a plusieurs objectifs, dont la volonté de clore la destinée du personnage, qui avait marqué les spectateurs de Batman TAS par son émouvante histoire. Ayant laissé, pour certains, un véritable Coup de froid sur la continuité avec son apparition dans TNBA, il revient, à nouveau chargé de pathos.
  • L'épisode reprend le schéma classique, maintes fois éprouvé dans Batman TAS, à savoir celui de la rédemption qui échoue (Le Jardin d'enfants, La Réinsertion de l'Homme Mystère, La Seconde Chance, La Journée d'Harley…). Pourtant, la situation est différente. Le repentir de Victor Fries est des plus sincères et poignants, son visage est empreint de tristesse, et la séquence du cimetière se veut sans équivoque. Le malheureux n'est qu'une victime de la fourberie sans limites de Derek Powers, du docteur Stephanie Lake et d'une dégénérescence physique, comme Bizarro, dans une autre mesure. Ayant perdu toute foi en ses nouveaux bienfaiteurs, et par extension, en l'humanité, Fries n'a plus rien à faire dans un monde qui ne veut pas de lui, qui n'a jamais eu de sens sans Nora. Non content d'offrir au DCAU un de ses rares homicides à l'écran, celui de Lake, il met fin à ses jours, à genoux, dans un déluge de débris et d'émotions.
  • La mort particulièrement atroce du docteur Stephanie Lake est le deuxième décès suggéré dans la série, après celui de Warren McGinnis. Si l'effet demeure en VF, il est tout de même édulcoré, taisant le cri effroyable que pousse Lake en VO, qui confirme son sort horrible. On peut applaudir l'audace des scénaristes et de la réalisation, qui n'ont pas hésité à retourner le sadisme glacial de ce personnage contre lui, tout en réaffirmant le ton de la série, et surtout de sa première saison. La violence avec laquelle Fries lui jette la table est elle aussi osée et spectaculaire, en sachant les précautions et égards à prendre avec les femmes dans la fiction.
  • Si l'on a souvent rapproché Derek Powers de Lex Luthor, et de Norman Osborn, le parallèle entre Powers et Luthor est plus que jamais présent ici. Son altruisme feint au service d'un criminel ayant besoin de soins médicaux, pour mieux l'utiliser comme cobaye à ses propres fins trouve un écho direct avec l'épisode de Superman : La Série animée, Metallo. Comme Luthor, Powers fait montre de ses prétendues effusions en public pour asseoir cette image.
  • Le Fléau est un épisode de contradictions, de conflits, et affiche des signes avant-coureurs de plus en plus forts de la tempête qui se prépare, qui empêchera Fries de mener à bien sa réinsertion. La Gotham diurne, symbole d'espoir et de nouvel horizon, est tempérée par la neige, signe de mélancolie, de retour inexorable vers le passé. À mesure que l'épisode avance, le froid hivernal, les flocons, c'est-à-dire l'ancienne vie du scientifique en tant que Mister Freeze, reviennent le hanter. Alors qu'il s'apprête à réendosser son armure, la nuit tombe avec lui.
  • Bruce, aigri, a souvent un temps d'avance sur les évènements, dans une Gotham qu'il a vu s'enfoncer dans la fange durant des décennies. Mais pour une fois, force est de constater qu'il avait tort de se méfier des intentions de Fries. Il ne le reconnaît qu'à moitié à la fin de l'épisode, gardant en tête le fait que Fries a cédé à la pulsion de vengeance.

Détails

Quelques remarques :

  • Il s'agit de la toute dernière apparition de Mister Freeze dans le DCAU, et de la première confrontation entre Terry McGinnis et le Fléau. Freeze revêt pour l'occasion une armure massive, à la couleur plus prononcée.
  • Parmi les passagers qui attendent le métro, on peut voir un homme brun au crâne dégarni, portant des lunettes rondes, habillé en noir, et tenant un attaché-case. Ce figurant est en fait récurrent tout au long de la série (et même dans l'épisode Épilogue de JLU), souvent dans des situations dangereuses, ce qui lui vaut auprès des fans le surnom de Mr Lucky.

Incohérences ou Éléments inexpliqués

Quelques étrangetés :

  • L'épisode comporte une énorme aberration. Il a bien lieu en plein hiver, indiqué par la forte neige, le lac gelé et le vent. Or, Stephanie Lake parle, juste après que le spectateur ait vu la déferlante de flocons qui s'abat sur la ville, d'une vague de chaleur à Gotham City, avec une température de vingt degrés celsius ! Même si en 2039, la Terre venait à être victime de dérèglements climatiques des plus chaotiques, il ne peut en aucun cas y avoir la moindre formation de neige dans de telles conditions, et Freeze ne se serait pas senti aussi bien sous la neige.
  • On peut s'interroger sur le lien de cause à effet entre la volonté de Stephanie Lake de biopsier les organes de Victor, et la chaleur à laquelle elle l'expose, vraisemblablement pour le tuer, alors qu'une biopsie peut être exécutée du vivant d'un patient. Deux hypothèses : Lake cherche uniquement à lui faire perdre connaissance dans ces conditions d'hyperthermie pour procéder ensuite à l'opération, ou tout simplement, comme on le devine automatiquement au visionnage, à se débarrasser d'un cobaye sur lequel l'expérience destinée à Powers a échoué. Il est ainsi très probable que les scénaristes se soient trompés de terme médical.
  • Terry, certes à ses débuts, ne semble pas faire le lien entre Derek Powers, qu'il connaît bien, et le Fléau, alors que ce dernier porte le costume caractéristique de Powers.

Références culturelles

Quelques références à noter :

  • La tête de Mister Freeze avec laquelle converse Stephanie Lake convoque immédiatement toute une galerie culturelle, dont le crâne auquel s'adresse Hamlet, autre vestige du passé. Mais c'est surtout un clin d'œil taquin aux amateurs de l'univers d'Hellboy et au personnage d'Herman Von Klempt. Cette référence referme une boucle, puisque c'est le créateur d'Hellboy, Mike Mignola en personne, qui avait réalisé le design de Freeze pour Batman TAS.
  • Un rapprochement peut également être proposé entre Derek Powers et Hulk. Le corps de Powers se transforme suivant son état de nerfs, auréolé de vert, et la scène où il est entouré de scientifiques, baignant sous un éclairage vert, accentue ce parallèle.
  • Le recueillement de Freeze auprès de sa propre sépulture, sur le point d'entamer une nouvelle vie et de refermer ce douloureux chapitre, peut évoquer aux fans de Batman la scène de Batman : Le Défile Pingouin se rend sur la tombe de ses parents afin de les pardonner de l'avoir abandonné.
  • Les énormes et multiples pics de glace qui transpercent le bâtiment de Wayne-Powers évoquent au spectateur certaines représentations de la Forteresse de Solitude de Superman, dont les cristaux accomplissent d'ailleurs le même mouvement ascendant lors de sa formation.

Citations

Victor Fries : Regardez-moi bien, docteur. Cela fait près de 50 ans que je suis comme ça, je n'ai pas vieilli d'un seul jour. Je suis devenu ce que beaucoup d'hommes ont rêvé d'être : immortel. Cependant, il ne s'est pas passé un jour, une heure, une seule minute où je n'ai songé à la mort. La mort m'obsède, à chaque instant.


Derek Powers : Le docteur Lake et moi-même avons pris toutes les précautions, Victor. Laissez-moi vous assurer que nous…
Victor Fries : C'est inutile. Je n'ai pas peur et si c'était le cas, vos banalités ne me rassureraient guère.


Docteur Stephanie Lake, s'apprêtant à faire souffrir Freeze lors du transfert de son esprit : N'oubliez pas : vous pourriez vous sentir provisoirement mal à l'aise.


Bruce Wayne : Tu prendras Fries en filature. Surtout, ne le perds pas de vue.
Terry McGinnis : Pourquoi ?
Bruce : Je ne lui fais pas confiance.
Terry : Powers ou Freeze ?
Bruce : Ni l'un, ni l'autre.


Terry, surveillant Fries en train de sauver un chat : Oui… Quelle menace pour la société…


Mister Freeze, sur le point d'assassiner Stephanie Lake : Rappelez-vous : vous pourriez vous sentir provisoirement mal à l'aise.


Le Fléau : Regarde, je serai un fléau sur la Terre. Et tout ce que je toucherai flétrira et mourra.


Le Fléau : Batman ?
Terry McGinnis : Qui tu es, toi ? Le Ver Luisant ?
Le Fléau : Appelle-moi le Fléau.


Bruce, alerté par les capteurs thermiques : Terry, il y a une hausse de température.
Terry, la tête écrasée par le Fléau : Ah oui, sans blague ?


Le Fléau : Ce n'était qu'un léger bronzage, Batman. Maintenant, tu vas prendre un coup de soleil !


Traduction

Quelques remarques :

  • À la fin de la première séquence, lorsque Terry s'empare du téléphone d'un des criminels et tombe sur Powers, la version originale est un peu plus précise sur son action exacte. Terry lance à Powers : « Amazing the numbers people put on their speed dial », indiquant que son numéro était parmi les favoris du répertoire du téléphone ou en numérotation abrégée. En français, il dit simplement, mais on comprend tout à fait : « C'est vraiment une invention extraordinaire le téléphone portable ! »
  • En anglais, la première, longue, réplique de Fries se termine par « Even now » (même maintenant). La VF lui fait étrangement dire « à chaque instant », même si l'idée est la même.
  • Freeze dit en VO avoir gardé son costume « on cold storage » (au frais). La VF retourne le jeu de mots, puisqu'il dit l'avoir gardé « au chaud ».
  • Comme mentionné plus haut, le cri de douleur de Lake à l'agonie est ôté de la VF.
  • En VO, Terry se rit du Fléau en le surnommant « Sunshine » (soleil). La VF donne le change avec « le ver luisant ».
  • L'euphémisme, teinté d'humour noir et de sadisme, employé par le docteur Lake, est repris à l'identique par Freeze lorsqu'il prend sa revanche et la congèle (« Remember, there may be some momentary discomfort ») L'adaptation a heureusement compris le mécanisme, mais ne garde que le principal de la réplique. En effet, Lake dit « N'oubliez pas, vous pourriez vous sentir provisoirement mal à l'aise. » et Freeze reprend plus tard « Rappelez-vous, vous pourriez vous sentir provisoirement mal à l'aise ». Peut-être la VF a t-elle voulu insister sur l'écho entre les deux répliques par ce « rappelez-vous ».
  • Quand le Fléau est projeté par Freeze, au moment de tomber dans le lac gelé, il se fend en VF d'un improbable « Wou-hou ! ». Juxtaposé avec sa réplique sur le bronzage et les coups de soleil, on pourrait alors se croire en plein milieu d'un Batman de Joel Schumacher.

Médias (DVD, VHS et CD)

Cet épisode est disponible sur :

: ce drapeau indique que le média comporte une piste audio VF.

Notons également que la musique de cet épisode est partiellement disponible sur le CD Batman Beyond, aujourd'hui épuisé. Les pistes 02 (Cold Vs. Hot) et 05 (Farewells, dans son dernier tiers) présentent en effet des extraits de la bande originale de cet épisode.
Par ailleurs, le second disque du digipack Batman la relève - Saison 1 propose dans ses bonus de revoir la scène où Victor ressent à nouveau la chaleur, mais cette fois sans les voix et effets sonores, afin de profiter pleinement de la musique.

Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

Voir aussi

Sources et autres liens recommandés :