December 18, 2014, Thursday, 351

Épilogue

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Épilogue (Epilogue) est, selon l'ordre idéal, le 78e épisode de La Ligue des Justiciers, le dernier de la 4e saison et le 26e de JLU.

Attention, spoiler ! Ce qui suit dévoile des éléments importants de l'intrigue. Il est préférable de ne pas lire cette fiche si vous n'êtes pas familier de la série Batman : La Relève.

La Ligue des Justiciers
Épisode
Titre français Épilogue
Titre original Epilogue [Épilogue]
N° ordre idéal 78
Saison 4e
N° de prod. 478
1re diff. USA Cartoon Network (sam. 23 juillet 2005)
1re diff. francophone France 3 (dim. 2 octobre 2005)
Format image Widescreen mais…
Durée ± 21 minutes
Histoire Bruce Timm & Dwayne McDuffie
Teleplay Dwayne McDuffie
Réalisation Dan Riba
Musique Lolita Ritmanis
Kristopher Carter
Studio d'animation Dong Woo Animation Co., LTD.
← Précédent Suivant →
Unis pour le pire Je suis légion
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

65 ans dans le futur, un intrus s'introduit dans la demeure d'Amanda Waller : Terry McGinnis alias Batman deuxième du nom ! Celui-ci vient de découvrir qu'il a été créé à partir de l'ADN de son mentor Bruce Wayne et est en quête de réponses, persuadé que ce dernier a tout orchestré.

Waller raconte à Terry comment il y a des années, Batman était resté au chevet de la jeune As mourante plutôt que de la tuer pour empêcher que se déchaînent ses pouvoirs mentaux. La noblesse d'âme du chevalier noir persuada Amanda que le monde aurait toujours besoin d'un Batman aussi décida-t-elle de lui créer un successeur, le projet Batman la Relève. Ainsi fit-elle réécrire l'ADN de Warren McGinnis, dont le couple correspondait au profil de Thomas et Martha Wayne, à son insu pour transmettre celui de Bruce Wayne. Elle orchestra ensuite l'assassinat des parents de Terry mais abandonna l'idée suite au refus de son assassin le Fantôme Masqué, de remplir sa funeste mission.

Réconforté par Waller, Terry, qui se voyait tout plaquer, reprend foi en Batman ainsi qu'en Bruce et se décide à demander la main de sa chère Dana.

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Terry McGinnis Will Friedle Jérôme Frossard
Batman Kevin Conroy Stefan Godin
Amanda Waller C.C.H. Pounder Régine Teyssot
Dana Lauren Tom *
L'As Hynden Walch *
Le Parasite Marc Worden Michel Barbey
Bruce Wayne centenaire Kevin Conroy Michel Barbey
Dr Light Lauren Tom Charlotte Vermeil
Kai-Ro Lauren Tom *
Warhawk Marc Worden Michel Barbey
La narratrice * Martine Meirhaeghe
Aquagirl Hynden Walch *
Pilote Kevin Conroy *

Remarques

Commentaires

Analyse

Pensant voir la fin de leur univers animé, Bruce Timm et son équipe ont donc conçu cet épisode comme un point final au DCAU et tout particulièrement de son héros introductif Batman et ce à travers sa déclinaison future, Batman : La Relève. Les auteurs n'ont pas lésiné, nous proposant un scénario très dense axé avant tout sur les personnages, où l'action est reléguée au second plan après le spectaculaire Unis pour le pire.

  • L'épisode suit un schéma narratif assez original qui en a décontenancé plus d'un, entrecoupé de plusieurs scènes en noir et blanc au cadre très resserré, en fait toutes prenant racine dans l'imagination de Terry. Cette imagerie terne et étouffante représente bien le mental sombre du jeune homme, prêt à abandonner tout ce qui définit son existence.
  • La révélation est en effet de taille, choquante aussi bien pour le Chevalier de Demain que pour les spectateurs qui apprennent donc que ce dernier a été en fait cloné à partir de Bruce Wayne. L'amertume de Terry à l'idée d'être une copie est compréhensible, lui si farouchement indépendant, qui a toujours mis un point d'honneur à être son propre Batman. La tension entre lui et Bruce, ingrédient essentiel de Batman : La Relève, atteint après des années son point culminant. Mais ce n'est pour n'en annoncer que mieux le désamorçage lorsque le scénario, par le biais inattendu d'Amanda Waller, met en valeur la grande humanité du premier Chevalier Noir.
  • Batman, décrit au fil des séries comme un héros de plus en plus pragmatique parfois à la limite du cynisme au point de s'aliéner ses êtres chers, demeure avant tout un homme de compassion comme le démontre son émouvante interaction avec l'As, illustrant de la plus belle des manières l'intime conviction chez le héros du caractère sacré de la vie et par conséquent le refus de la prendre à autrui. L'équipe franchit un nouveau pas dans son affranchissement du carcan des dessins animés pour enfants avec le destin tragique de l'As, privée d'enfance et de bonheur, fauchée en pleine jeunesse.
  • L'épilogue éponyme est également celui de l'arc Cadmus qui a rythmé toute la saison et de sa figure de proue, Amanda Waller. Personnage très ambigu, toujours sur la corde raide dont on voit mises en exergue les contradictions, ses intentions louables étant une fois de plus déformées par son goût de la conspiration. L'histoire est celle de sa lente rédemption : touchée par la noblesse de Batman, l'admirant sans doute d'autant plus de par son statut d'humain normal parmi les surhommes faisant écho à son propre combat, au point d'admettre dans ses vieux jours non sans une pointe d'amusement un respect pas tout à fait innocent à son encontre, elle finira par épouser ses idéaux, admettant que la légende ne peut perdurer si elle se trouve entachée. Batman remporte donc le duel mais Amanda est bonne perdante, désormais éveillée à la compassion, l'humilité et pour définitivement asseoir la sympathie, l'humour.
  • Le constat final de Waller peut être vu comme une leçon à certains fans au jugement sommaire : Batman n'est pas la somme de la génétique et d'une nuit tragique, que le DCAU a toujours contournée. La thèse et le plan d'Amanda se seront au bout du compte invalidés d'eux-mêmes : que Terry soit la copie génétique de Bruce importe peu. Ses propres aventures l'auront prouvé, il a construit sa propre identité en tant qu'homme et en tant que Batman, sous l'approbation de son prédécesseur, qui a réussi à le laisser sortir de son ombre là où il avait partiellement échoué avec ses précédents acolytes. Et c'est cela même qui fait les deux hommes en vérité père et fils.
  • Le but avoué de Bruce Timm était d'offrir une fin réconfortante à Wayne : c'est chose faite. Le vieil homme ne finira pas dans la solitude et aura fini par construire une famille durable et une lignée de protecteurs pour sa ville. Terry non plus ne finira pas seul, franchissant enfin le grand saut avec sa bien aimée Dana. La boule est bouclée lors de la scène finale, écho à l'introduction de la pierre fondatrice du DCAU, Le Duel, sur fond du thème du premier Batman remanié à la sauce electro, concluant ce cadeau d'adieu… provisoire.

Détails

Épilogue est un épisode particulièrement riche en clins d'œil :

  • Terry laisse entendre que Selina Kyle, au sort longtemps demeuré incertain, avait fini par se ranger aux côtés de Bruce avant de l'abandonner à son tour. Cette mention trouve sans doute son explication dans le fait que celle-ci était censée être la responsable du clonage de Bruce dans un hypothétique second film de Batman : La Relève. Bruce Timm avoua avec le recul qu'impliquer Cadmus tenait davantage la route.
  • Terry fait également mention de l'Apocalypse de 2009, évoquée plus en détails dans Futur-ex et des évènements survenus dans le long-métrage Le Retour du Joker.
  • La Ligue des Justiciers est la même que dans Batman : La Relève : on retrouve ainsi Kai-Ro avec quelques années de plus, Warhawk et Aquagirl, Superman étant quant à lui cité. Seuls Barda et Micron manquent à l'appel.
  • On remarque que Shayera se porte instinctivement volontaire pour éliminer l'As. Rappelons-en effet que la Thanagarienne avait mis fin aux jours et aux souffrances de Solomon Grundy dans La mort qui marche.
  • L'épisode convoque pour un ultime caméo celui qu'on surnomme Mr Lucky, figurant récurrent et malchanceux de Batman : La Relève.
  • L'épisode nous renseigne également sur le devenir de l'une de ses créations les plus marquantes, le Fantôme Masqué, devenu exécuteur des basses œuvres de Waller, quoique non dénué de conscience.
  • Comme il est dit plus haut, la scène finale renvoie à la première de l'épisode Le Duel qui introduisait Batman TAS, substituant donc Terry à Man-Bat. L'hommage va jusqu'à confier à nouveau à Kevin Conroy un des deux officiers de la patrouille aérienne, au point de lui faire prononcer une réplique similaire.

Format

Bien qu'il ait été réalisé et diffusé aux États-Unis en 16/9 (Widescreen), l'épisode est programmé en 4/3 (Full Screen rogné au Pan&Scan) lors de ses programmations sur France 3 et Club RTL. Le format original est respecté sur les coffrets DVD (Widescreen anamorphosé).

Citations

Terry McGinnis : Que faites-vous des autres, Bruce ? Dick, Barbara, Tim, Selina ? Ils vous aimaient tous mais ils sont partis, aucun n'est resté avec vous ! Vous savez pourquoi ?
Bruce Wayne : Je ne me pose pas la question. Ils sont partis parce que le moment venu, ils n'avaient plus le cran pour leur mission.


Amanda Waller : Comment se fait-il que les superhéros soient toujours aussi… aussi séduisants ?


Terry : Tu sais pourquoi on ne peut pas se marier. Si des…
Dana Tan : Et si des criminels apprenaient que je suis Batman, ils essaieraient de m’atteindre en s'en prenant à toi, blablablabla…
Terry : Y a pas de quoi rire, je t'assure.
Dana : Tu as raison. Il pourrait y avoir des criminels qui se cachent dans les hautes herbes !
Terry McGinnis : Je suis empoisonné, Dana ! Maudit !


Waller : Regarde-moi ça : une pilule pour mon hypertension, une pilule pour mon diabète, une pilule pour stimuler le fonctionnement de mon hypophyse et une dernière… Oh, j'ai oublié !… Oh oui, l'Alzheimer !


L'As : Quand j'étais petite, Cadmus me faisait faire des tas de jeux… Mais ça ne m'amusait pas non plus. Ils m'attachaient avec des sangles à leurs machines, ils me fourraient des fils dans le crâne et « L'As, tu peux déplacer cet objet avec ton esprit ? » Oui, je peux le déplacer… Ce n'étaient pas vraiment des jeux, tu sais. En fait, ils m'entraînaient. Ils me transformaient en une arme pour servir la justice à ce qu'ils disaient. Eux ils ont eu leur arme… Et moi, on m'a volée mon enfance.
Batman : Oui, je sais ce que c’est.


Waller : Les gens disent que Batman est obsessionnel, qu'il ferait n’importe quoi pour arriver à son but… Mais il n'aurait jamais recours au meurtre. Et si je voulais honorer toutes ces valeurs qu'il défendait, je ne le pouvais pas non plus.


Waller : Je connais Bruce Wayne depuis plus de 50 ans et j'ai toujours gardé un œil sur toi depuis ta naissance : tu n'es pas le clone de Bruce, tu es son fils. Il y a des similitudes entre vous bien sûr mais il y a des différences de taille aussi : tu n'as pas tout à fait sa magnifique intelligence par exemple, en revanche tu as son cœur généreux et malgré sa rudesse apparente, je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui se préoccupe aussi profondément d'autrui que Bruce Wayne, à part toi peut-être. Tu as envie de vivre une vie plus heureuse que celle du vieil homme ? Alors prends bien soin des gens qui t'aiment. Ou pas. À toi de voir.


Bruce : Tu es vraiment une sacrée tête de mule, tu sais ?
Terry : Oui, comme mon paternel.


Traduction

Quelques notes sur la VF :

  • The Near-Apocalypse of '09 (littéralement la presque-apocalypse) perd une fois encore son préfixe dans notre langue.
  • La VF fait dire à Amanda qu'elle possède sa tasse depuis 62 ans alors qu'il s'agit en VO de 70 ans.
  • L'adaptation française fait dire à tort à Kai-Ro que Inque s'est « changée en eau » ce dont elle est incapable, l'eau lui étant d'ailleurs néfaste. La réplique originale dit plus justement « like water » (comme de l'eau).
  • The Royal Flush Gang est cette fois curieusement traduit en « Gang de la Flush Royale » là où les séries utilisent habituellement le masculin. Leur précédente apparition avait préféré le terme Royal Flush dans l'épisode du même nom et désignait ses membres sans article, ce qui est redevenu le cas ici.
  • La VF traduit le « No time for the usual pleasantries » en « Pas le temps pour les plaisanteries habituelles ». Si plaisanterie est une traduction possible pour pleasantry, le contexte fait plutôt privilégier l'autre sens possible, civilités.
  • L'adaptation française a heureusement bien compris la référence à la série en traduisant Project Batman Beyond par Projet Batman la Relève.

Médias (DVD, VHS et CD)

Cet épisode est disponible sur :

: ce drapeau indique que le média comporte une piste audio VF.

Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

Références

Sources images et infos :