July 26, 2014, Saturday, 206

Futur-ex

De La Tour des Héros.

Pages ébauches. Cliquez pour en savoir plus.
Page ébauche

Futur-ex (Out of the Past) est, selon l'ordre idéal, le 44e épisode de Batman : La Relève.

Attention, spoiler ! Ce qui suit dévoile des éléments importants de l'intrigue. Si vous n'avez pas encore vu l'épisode, il est préférable de ne pas lire cette fiche.

Batman : La Relève
Épisode
Titre français Futur-ex
Titre original Out of the Past [Hors du passé]
N° ordre idéal 44
Saison 3e
N° de prod. 44
1re diff. USA The WB (sam. 21 octobre 2000)
1re diff. francophone France 3 (date inconnue)
Format image 4/3 (Full screen)
Durée ± 21 minutes
Scénario Paul Dini
Réalisation James Tucker
Supervision musique Shirley Walker
Musique Shirley Walker
Studio d'animation Koko Enterprise Co., LTD.
Dong Yang Animation Co., LTD.
← Précédent Suivant →
Trahison Les Lois de la nature
Guide des épisodesForum

Sommaire

Histoire

Pour fêter l'anniversaire de Bruce, Terry le convie au spectacle, qui se trouve être comme par hasard une comédie musicale en l'honneur du chevalier noir, protecteur de Gotham. Dégoûté par le ridicule et la dérision de ces bouffoneries, Bruce rentre à la Batcave, perdu dans les souvenirs de ses longues années de combats, faits de pertes et de douleurs, plutôt que de pitreries. Surgit soudain des ténèbres et du néant Talia al Ghul, venant célébrer ce jour si particulier, et lui proposant en cadeau la même cure de rajeunissement si chère à son défunt père, qui la maintient à son tour en vie, telle que Bruce l'a connue. Malgré ses hésitations, la mélancolie de Bruce ainsi qu'une rixe avec des voleurs à la tire l'emporteront. Il part alors avec Terry pour la Nouvelle Cuba effectuer sa cure de jouvence et peut-être enfin démarrer la nouvelle vie tant envisagée avec sa promise.

Attention, spoiler ! Ce qui suit dévoile des éléments importants de l'intrigue.
Bruce rajeuni et revigoré, se sent quand même mal à l'aise, de par la tricherie opérée sur son corps. Il décide de partir, mais est retenu par les gardes armés ainsi que par Talia qui n'est autre que Ra's, ayant pris le corps de sa fille pour rester en vie après l'avoir tuée, et souhaitant faire de Bruce son prochain hôte. Le plan est déjoué par Terry libéré des soldats, et Ra's al Ghul périt une bonne fois pour toutes dans l'explosion de son repaire, avec l'ultime Puits de Lazare. Après une telle aventure, Bruce dit au revoir au souvenir de son infortunée bien-aimée, depuis longtemps décédée.

Doublage

Distribution

Personnages Voix originales Voix françaises
Batman / Terry McGinnis Will Friedle Didier Cherbuy
Bruce Wayne Kevin Conroy Patrick Messe
Talia Olivia Hussey Brigitte Berges
Ra's Al Ghul David Warner Patrick Osmond
Carter Mark Hamill Régis Reuilhac
Max Cree Summer Sophie Baranes
Carl Michael Rosenbaum *
Chanteur Gordon Charles Kimbrough *
Chanteur Batman Kevin Conroy Daniel Beretta
Chanteuse #1 Adrienne Barbeau *
Chanteuse #2 B.J. Ward *
Chanteuse #3 Beth Howland *
Chanteur #1 Jamie Torcellini *
Chanteur #2 Steve Bernstein *
Le punk Gary Sturgis *
Mikey Gary Sturgis Régis Reuilhac

Remarques

  • En VF, Brigitte Berges reprend le rôle de Talia qu'elle avait déjà tenu dans Le Tombeau de la Reine, épisode de Batman TAS. Ra's al Ghul quant à lui, doublé à chacune de ses apparitions par un comédien différent, hérite ici de la voix de Patrick Osmond (voix française de Batman dans les films de Tim Burton).
  • Pour la comédie musicale, c'est bien Kevin Conroy lui-même qui joue le Batman. Certains fans en ont longtemps douté mais l'information a été confirmée lors d'un documentaire rétrospectif. En VF, c'est le comédien-chanteur professionnel Daniel Beretta qui interprète le rôle avec brio.
  • Pour ajouter du capital émotion à la nostalgie de cet épisode, Andrea Romano et Leslie Lamers ont fait appel à deux acteurs-clés de Batman TAS : Mark Hamill (voix originale du Joker) et Adrienne Barbeau (voix originale de Catwoman). Cette dernière officie d'ailleurs sur les chœurs de la comédie musicale parmi lesquels on compte… Catwoman !

Commentaires

Titres

Out of the Past ("hors du passé") formule la thématique omniprésente de cet épisode particulier, faits de retours en arrière, de fantômes ressurgis d'antan. La version française, avec Futur-ex, se concentre sur le sujet majeur des préoccupations de Bruce, en l'occurrence Talia al Ghul, et se targue d'un jeu temporel entre futur et passé, le passé venant envahir le futur, qui désigne également de façon prophétique, le futur statut de Talia à la fin de l'épisode (une future-ex), spoiler de mauvais augure.

Analyse

  • L'idée de cet épisode, somme toute assez logique du fait de l'immortalité de ses personnages, est venue à l'esprit de Paul Dini en premier lieu par sa partie "comédie musicale". En effet, lorsqu'il avait appris l'existence d'un projet de véritable comédie musicale sur le thème de Batman, le scénariste s'était amusé de l'absurdité du concept, et avait tenté de l'imaginer. Bruce Timm et le reste de l'équipe trouvèrent ses textes tellement drôles qu'ils se mirent au défi de trouver un contexte dans lequel concrétiser cette scène. Plus tard, quand Paul développa avec James Tucker l'histoire du transfert d'esprit avec Ra's, Talia et le Puits pour rajeunir Bruce, Timm y vit l'occasion de caser la scène en début d'épisode pour introduire l'idée que Wayne se sent vieux et est donc susceptible d'accepter l'offre de Talia.


  • Épisode vital pour Batman : La Relève, de la main de Paul Dini, Futur-ex est tourné vers le passé, l'arrière de la frise chronologique dessinée depuis Batman TAS, rétrospective de longue date pour le spectateur, afin de faire le point. Depuis son double-pilote où Bruce Wayne avait raccroché le costume, la série se focalisait entièrement sur la génèse de Batman II alias Terry McGinnis, ne laissant que très peu de place à l'univers classique et aux personnages traditionnels qui entourent Batman, année 2039 oblige. Cette lacune est enfin comblée ici avec le retour de très vieux démons du passé, qui ont voulu, comme toujours, défier les affres du temps. Les esprits de Ra's et Talia al Ghul, représentatifs de l'immortalité et de l'antériorité, sont convoqués pour la toute dernière fois afin d'être bel et bien enterrés, Bruce accomplissant un véritable parcours de deuil de sa bien-aimée.
  • C'est un Bruce mélancolique que nous livre l'épisode, à l'image d'une partie du public de la série qui chérit plus que tout Batman TAS et les temps qu'elle couvre dans la vie de l'homme chauve-souris. Au crépuscule de sa vie, notre héros retiré regrette l'aube et sa jeunesse, représentées par les femmes qui ont croisé sa route et influé à des degrés divers et variés sur son parcours, dont évidemment, Talia al Ghul. D'autres spectres moins agréables viennent de concert le hanter, à jamais indissociables, certes Ra's lui-même, mais aussi tous ses autres ennemis (le Joker, le Pingouin, Double-Face, Harley Quinn, Poison Ivy et Catwoman), partenaires (James Gordon, Robin), ainsi que lui-même, sous la forme des simulacres ridiculisés, singés sur scène par la culture populaire gothamite. Cette caricature qui semble avoir oublié et rire des horreurs perpétrées par les criminels, effet là encore du temps, insulte Bruce et le chemin de croix accompli au fil des décennies, au milieu du mal, loin de se résumer à cette pantalonnade. Le spectacle musical s'empare de ces figures qui ont marqué Gotham, reliées aux douleurs de la ville et du héros, à des peines, à des pertes, pour en faire un numéro de cabaret d'une bouffonerie absolue.
  • Le montage, qui débouche ensuite sur la Batcave et ses éternels trophées en vitrine, véritables témoins à la fois sordides et glorieux de leur époque, superpose la farce retenue par la nouvelle génération et la terrible réalité concrète qu'a connue Bruce.
  • Cependant, dans le processus général de deuil de l'épisode, cette parodie finit peut-être par aider notre ancien justicier à tirer le rideau, refermer le voile, tirer un trait définitif sur sa carrière et faits d'armes en tant que Batman, se concentrant sur la formation de son successeur, dont la tâche au sein d'une cité viciée ne sera pas de tout repos. Le Joker et les siens ne sont désormais plus que des pantins dont le tout Gotham se rit au milieu du gala mondain. Mais rien n'est éternel. Le fieffé Ra's al Ghul ne peut tricher indéfiniment avec la mort et Gotham ne peut se jouer impunément des monstres qui en ont si longtemps fait leur terrain de jeu. C'est ce que révèlera le film Le Retour du Joker.
  • Quand il raconte la biographie de Ra's, Terry évoque un évènement appelé l'Apocalypse de 2009. Mentionnée là pour la première fois, il y sera fait à nouveau référence dans Épilogue, épisode de JLU, mais elle n'a jamais été montrée (que ce soit dans cette série, ou toute autre du DCAU).


  • Selon les propres dires de Talia, c'est à l'image de Ra's que Bruce rajeuni a des tempes grises. Au premier visionnage, on peut penser qu'elle aurait gardé quelques restes de son complexe d'Électre, mais on comprend ensuite que ce n'était qu'une volonté narcissique de Ra's. Plusieurs indices, à double entendre, sont de la sorte semés dans la première partie de l'épisode. Talia corrige d'abord Terry quant à la prononciation du nom de son père "Rash" au lieu de "Ras", se fendant du commentaire "tout le monde fait l'erreur", adressé d'ailleurs au public connaissant rarement ce détail linguistique, et énonçant à longueur de temps "Razalgoule". Cette rectification constitue également le premier indice qui, rétrospectivement, révèle l'identité de "Talia", passant ensuite l'épisode à se contenir et à prendre la mouche dès que le nom de Ra's est sali, a priori au nom du deuil paternel porté, alors que l'ego derrière le déguisement s'en trouve insulté. Le coup d'oeil de Talia (image 3) lorsque Terry évoque le nom de Ra's face au tableau tellement solennel à son image n'est certainement pas innocent non plus. De manière générale, la si typique coiffure de Talia dans le DCAU, masquant toujours la moitié de son visage, représentant autrefois son ubiquité, toujours tiraillée entre son père et Bruce, est plus que jamais révélatrice ici de la duperie à l'oeuvre, de l'imposture, du masque et de la dissimulation.
  • Lorsque Talia est électrocutée, on peut voir Ra's à sa place de manière subliminale, révélant sa véritable nature. Cette animation explicite l'ironie du sort de Talia, dont le fameux complexe d'Électre s'est bel et bien réalisé, d'une façon abjecte, nécrophile et la plus immorale qui soit, profanant un cadavre et sa tranquillité à des fins de marionnette. La mégalomanie et la crainte de la mort de Ra's al Ghul ont atteint ici leur paroxysme. Talia, souvent manipulée à dessein par son père dans Batman TAS, l'est désormais au sens propre.


  • On ne manquera pas non plus de remarquer les riffs de guitare stridents qui accompagnent la révélation de la fusion du père et de la fille, la musique elle-même prenant part à l'horreur découverte par les héros et le spectateur.
  • Lorsque Bruce rajeuni se regarde dans le miroir, la réalisation effectue un fondu enchainé entre son visage et celui de Terry. Cet effet s'avère très fort symboliquement, il assoit Terry en véritable successeur de Bruce, insiste sur leurs similitudes, Terry étant bel et bien ce que Bruce fut, jeune… Mais les scénaristes avaient-ils déjà en tête les révélations d'Épilogue quant à leur lien de parenté ? Il est en effet difficile de ne pas voir dans cette fusion de leurs visages un indice quant à leur filiation, à la lumière des informations apprises plus tard dans Justice League Unlimited.


Détails

  • Bruce regarde avec nostalgie des photographies des femmes qu'il a aimées : Zatanna, Lois Lane, Catwoman / Selina Kyle et Barbara Gordon. Si l'absence de Talia parmi cette galerie est infirmée à la fin de l'épisode, on s'étonnera de ne pas y voir figurer Andrea Beaumont, premier amour du justicier. Sur le commentaire audio du DVD de l'épisode, on apprend en réalité qu'Andrea a été sciemment omise, Bruce ne lui ayant jamais pardonné sa série de meurtres. Quant aux autres aventures de Bruce, on pardonnera volontiers l'absence de sa défunte épouse d'un temps Susan Maguire (La Chimie de l'amour) qui n'était qu'un être artificiel, de ses divers flirts anecdotiques, et bien sûr du cas Wonder Woman auquel les scénaristes n'ont pensé que des années plus tard avec La Ligue des Justiciers.
  • Batman Beyond avait déjà convié sporadiquement des figures du passé de Bruce, afin de les confronter cette fois à Terry et pour ravir les fans de Batman. Après Mister Freeze (Le Fléau), des doubles accessoires de Double-Face, de l'Homme Mystère et de Killer Croc (Robotique), sans oublier un Bruce caché sous le déguisement du Fantôme Gris (La Bête noire), c'est au tour de Ra's et Talia al Ghul. Superman fermera la marche et la série, amenant avec lui une mouture inédite de la Ligue des Justiciers (La Ligue des Justiciers).
  • Dans Batman TAS, la menace planétaire de Ra's al Ghul impliquait souvent un déplacement de l'action en dehors de Gotham, dépaysant le public, prenant part à de véritables aventures exotiques sur divers continents, loin de la nuit urbaine de film noir. La tradition est perpétuée ici, avec le départ vers la Nouvelle Cuba, pays fictif étoffant par la même occasion le futur dépeint par la série, où l'on imagine à loisir quelque conflit géopolitique entre les États-Unis tout-puissants, et la terre de Fidel Castro, ayant enfin réussi à assujettir cette dernière à l'ONU et à l'Occident capitaliste. Néanmoins, l'épisode et son découpage sont moins propices à la contemplation méditative que La Quête du démon ou Le Tombeau de la Reine, qui bénéficiaient d'une ambiance soigneusement travaillée qu'on ne trouve pas ici. Futur-ex a surtout une ambition scénaristique, a trop de choses à raconter, et n'est pas vraiment un exercice de style artistique.

Références culturelles

Signalons les références suivantes :

  • Lorsque Batman apparaît lors des premières secondes de l'épisode dans la brume, afin de créer illusion, il est bien entendu doté du design de la série The New Batman Adventures.
  • Lors de la comédie musicale, outre une représentation de l'asile d'Arkham, on aperçoit les lettres "Acme", société fictive des dessins animés Warner Bros, inscrites sur rien de moins qu'un vestige de l'emblématique château d'eau Warner Bros si souvent utilisé dans Les Animaniacs, la série parodiant à volonté sa maison-mère. Le tout se trouve perché juste au-dessus de la fameuse banque du générique de Batman TAS. La mise en abyme est ainsi décuplée.
  • Lorsque Bruce se bat aux côtés de Terry, Shirley Walker rejoue son thème musical du premier Batman (qu'elle avait écrit dès Batman TAS), dans une version électronique conforme à la charte musicale de la série. Le phénomène, rarissime, s'était déjà produit dans Remise en forme, quand Bruce revêtait sa Bat-armure pour combattre Inque, et serait amené à se renouveler une dernière fois dans l'Épilogue de JLU dont la scène finale reflète la toute première scène du premier épisode de Batman TAS. Le thème d'origine n'a été joué en tant que tel qu'à une seule occasion dans la série : au début du pilote, quand Batman / Bruce Wayne entre en action pour la dernière fois de sa carrière.
  • L'entrée en scène de Talia al Ghul dans la Batcave, en réalité Ra's dissimulé sous un corps qu'il profane, fait écho à son irruption toute aussi impromptue dans La Quête du démon, formant une boucle.
  • La photo que Bruce garde de Zatanna fait référence à leur ébauche de relation amoureuse évoquée dans l'épisode de Batman TAS consacré à la jeune magicienne (et justement intitulé Zatanna).




  • Le cas de Catwoman / Selina Kyle est particulier, Bruce étant tombé amoureux de Selina avant de découvrir son identité secrète. Toutefois, la féline voleuse n'avait pas rendu insensible le justicier, qui depuis l'a toujours traitée spécifiquement. Rétroactivement, l'épisode Épilogue (produit après) laissera entendre qu'elle avait fini par se rallier au héros, et donc se racheter une conduite définitivement. On peut alors s'interroger sur son destin et celui de sa relation avec le premier Batman.




  • Enfin, Talia a séduit le Chevalier Noir dès leur première rencontre (L'Effet Vertigo) et, s'il a refusé de prendre sa main (La Quête du démon (1)), il n'en garde pas moins des sentiments qui bien évidemment sont plus que réciproques. Leur relation fut toutefois parsemée d'embûches, la loyauté de la femme envers son père étant souvent source de dilemmes voire de trahisons.

Citations

Bruce Wayne (Terry acclamant la comédie musicale sur Batman) : Tu me détestes à ce point, Terry ?


Ra's : J'ai besoin d'une nouvelle enveloppe charnelle… La tienne !
Bruce : Ben voyons, servez-vous, tout est bon pour retenir la grande faucheuse quelques instants de plus ! Je reprendrai mon corps, on ne trompe pas la mort, on tremble de peur jusqu'à son arrivée !
Ra's, le giflant : Silence !
Bruce : Une force de femme dans un corps de femme…


Bruce (devant l'explosion du repaire de Ra's) : Les fantômes ne sont que les fantômes, et pour toujours.


Bruce (regardant une dernière fois la photo de Talia avant d'éteindre l'ordinateur) : Repose en paix, ma bien-aimée.


Traduction

Erreurs de la VF :

  • Terry McGinnis énonce ce qu'il sait sur Talia lorsqu'il la rencontre dans la Batcave : « Vous êtes la fille de Ra's al Ghul, un des pires ennemis du boss il y a très longtemps… Lors de l'Apocalypse de 2009, il a aidé le premier Batman à combattre Ra's. » Qui est ce « il » ? La phrase n'a aucun sens. S'agit-il de Talia, l'adaptation ayant totalement mal comprise la réplique de Terry ?
  • Le vouvoiement entre Bruce et Talia est des plus étranges, en rupture avec leurs précédentes intéractions et surtout, avec la nature de leur relation. Ce mauvais choix de la part de la VF confère donc à leurs rapports une touche exagérément désuète et surannée.

Médias (DVD, VHS et CD)

Cet épisode est disponible sur :

: ce drapeau indique que le média comporte une piste audio VF.

Diffusions

Quelques diffusions et rediffusions que nous avons pu relever sur les chaînes francophones :

Références

Sources images et infos :