December 10, 2018, Monday, 343

Randa Duane

De La Tour des Héros.

Pages en progrès. Cliquez pour en savoir plus.
Page en progrès

Randa Duane est un androïde qui joue le rôle d'assistante de Karl Rossum et secrètement de surbordonnée d'HARDAC.

Sommaire


Personnage de Batman TAS
Randa Duane
Série d'origine Batman : La Série animée
Première apparition Cœur d'acier (1)
Dernière apparition Cœur d'acier (2)
Statut Criminel
Sexe Articifiellement féminin
Âge Inconnu
Origine La Terre (humain)
Cheveux Blonds
Yeux Bleus
Pouvoirs Force surhumaine
Caractéristiques Androïde aux ordres d'HARDAC et à l'artificialité quasi indécelable
Liens de parenté HARDAC (créateur)
Affiliation HARDAC
Karl Rossum (patron officiel)
Base Cybertron
Lieu d'action principal Gotham City
Voix originale(s) Leslie Easterbrook
Voix française(s) Véronique Augereau
Laurence Crouzet
Date de création 1992
Personnages de la sérieForum

D'après les séries

Dans Batman : La Série animée

Randa est un androïde féminin biomimétiquement incroyable, créé au moins par HARDAC, un superordinateur doté d'une intelligence artificielle à la pointe, mais peut-être aussi par Karl Rossum, l'éminent roboticien fondateur de l'entreprise Cybertron et d'HARDAC même. L'ingénieur considère le cyborg comme son assistante mais, sans s'en rendre compte, les deux machines ourdissent le plan qu'il a lui-même imaginé après la mort de sa fille sans jamais le mettre à exécution : remplacer l'humanité, capable d'erreurs fatales, par des répliques métalliques.

Dans le cadre de ce projet, Randa suit à la lettre les instructions d'HARDAC. Elle commence par voler du matériel informatique élaboré par le secteur recherches et développement de la Wayne Entreprises, et kidnappe le commissaire Gordon pour introduire son duplicant à la place. Alors que Bruce Wayne enquête à Cybertron, la blonde platine accepte un rendez-vous avec lui. Le dîner dans le manoir Wayne qui s'ensuit est placé sous le signe de l'interêt : le premier tente d'obtenir des informations tandis que la seconde essaie de récupérer un fichier important. Profitant d'une absence de son hôte, elle y parvient grâce à la découverte de la Batcave, qui lui permet de pirater l'ordinateur de Batman.

Plus tard, elle retrouve Bruce Wayne piégé au milieu de quelques androïdes, puis affronte Batman à Cybertron. En dépit de sa force surhumaine, Randa est détruite sous le poids d'un ascenseur.







Analyse

Si Randa Duane n'est que le deuxième androïde apparu dans Batman TAS après Capitaine Clown, elle se distingue d'abord par la primeur d'une imitation sans défauts visibles de la vie. L'origine de sa construction n'est que vaguement évoquée, mais les comportements et backgrounds des personnages principaux de Cœur d'acier permettent d'envisager des conjectures plus ou moins sensées. Différents wikis anglophones prétendent qu'il existait une Randa de chair et de sang, déjà assistante de Karl Rossum, qu'HARDAC a supprimée puis remplacée par un duplicant. Cette affirmation impose une version de l'histoire où HARDAC aurait été capable de rendre plus vraie que nature le double de la femme mais pas celui du commissaire Gordon, inexpressif au possible. Ou bien le patron de Cybertron aurait créé ce robot humanoïde avec l'aide de l'intelligence artificielle après le décès supposément accidentel de la femme, pour entreprendre, ou du moins tester, son projet de duplication. Ajoutons qu'HARDAC en aurait profité pour en modifier le programme pour se servir ensuite du produit fini.

Une autre théorie, plus pertinente et intéressante, veut qu'une fois HARDAC achevé, Rossum se serait lancé en commençant par sa défunte fille. Vu que celle-ci est morte avant l'âge adulte, l'ingénieur aurait matérialisé une projection d'un futur elle potentiel, sans surprise intelligente, éblouissante de beauté et toujours à ses côtés.

De ce point de vue, on peut conclure que l'idéalisation de corps et d'esprit d'une femme, la mise en mouvement d'un être artificiel et le jugement d'un homme (Karl Rossum) condamnant le monde qui l'entoure constituent autant de pièces décrivant Randa Duane comme le premier avatar de Galatée du DCAU. D'ailleurs, la splendeur de ses traits, scénaristiquement justifiée quoi qu'il en soit par l'attirance que devait avoir Bruce Wayne pour elle, a été calquée par l'équipe de Bruce Timm sur le visage de Marilyn Monroe, l'inaltérable icône mondiale du glamour inaccessible holywoodien, souvent présentée comme la femme parfaite.

L'analogie entre les deux blondes ne s'arrêtent par là. En premier lieu, le flirt qui s'opère entre Bruce Wayne, le meilleur parti que l'on connait de Gotham City, et son invitée renvoie à la recherche systématique, chez la star pulpeuse, d'amants ultra réputés dans leur domaine. En deuxième lieu, Duane semble en quête de séduire jusqu'au téléspectateur en jouant la pin-up qui pose son regard sur le quatrième mur. Enfin, on peut remarquer que l'implacable androïde rentre également en écho avec un autre aspect de la célèbre actrice : la dissimulation. En effet, l'image publique qu'affichait Marilyn Monroe, construite par elle-même, relevait du masque qui camouflait au sens propre, son visage réel, et au sens figuré, sa vraie personnalité ainsi que ses névroses issues des blessures de son enfance. Du côté de Randa Duane, les proportions sont encore plus terribles, ses alléchants dehors couvrant une ossature inorganique, une intelligence artificielle et un plan démoniaque.

D'autres références ont contribué à définir le personnage et développent l'idée de simulacre. En fait, il n'y a rien d'officiel, mais il y a de fortes chances que le prénom « Randa » soit la contraction de Rachel (Rosen) et Amanda (Werner), deux femmes du roman de Philip K. Dick, Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, qui cachent leur non humanité. D'autant que la première brouille sans cesse les pistes, et la seconde est une dame blonde affriolante. Bien sûr, Randa fait aussi penser aux T-800, les machines tueuses de métal, humanoïdes et recouvertes d'une peau humaine des films Terminator. Détail amusant : en 2003, avec le tardif 3e opus qui mettra en scène un T-X, en l'occurence un méchant cyborg interprété par une magnifique blonde, le miroir s'inversera.

N'oublions pas non plus que la facette james-bondienne de Cœur d'acier (1) relie Randa, par ses attributs et son intéraction avec Bruce Wayne, à une James Bond girl et, par ses manigances contre le héros et surtout Karl Rossum, à un agent-double. À noter que la dangereuse Pussy Galore du film Goldfinger a un look, à la fin du film, très proche de celui du terrible androïde. En repensant au fait que Randa a pour modèle Marilyn Monroe et que Bruce Wayne, à l'occasion de l'épisode, est apparenté à l'agent secret, il ressort que leur rencontre teintée de tension sexuelle relève du fantasme d'un couple réunissant les deux archétypes occidentaux de l'homme et de la femme valorisés après guerre.

En définitive, Randa Duane compose un agrégat de mensonges que seule Susan Maguire peut éventuellement surpasser en la matière. La véritable nature des deux ersatz d'humains est pendant longtemps sujette à interrogations et les deux personnages parviennent à leurs fins malveillantes par l'envoûtement. Mais le cyborg se démarque par son absence de scrupules, qui en fait une authentique femme fatale. Si l'on devait au demeurant appliquer une analyse psychologique à Randa, on la qualifierait certainement de psychopathe, car ses sourires lorsqu'elle s'en prend à autrui en disent long sur l'état de son empathie, et elle manipule les gens avec brio.

Sur le plan narratif, contrairement à Susan, l'assistante de Rossum dévoile petit à petit par de subtils indices son identité, si bien qu'il n'y a pas de coups de théâtre lorsque l'on découvre enfin sa carcasse métallique. Soulignons, au passage, que le visage défiguré laissant apparaitre son crâne cybernétique représente un effet qui sera repris plusieurs fois à travers d'autres cyborgs, tels que HARDAC Batman, Metallo et Darci Mason. Toujours est-il qu'avant la révélation, lorsque ses yeux rouges lumineux surgissent de la pénombre, on tangue entre se dire que Randa Duane est naturelle ou artificielle, puisque les soupçons sont contrebalancés par sa ressemblance inouïe avec l'Homme, en allant jusqu'à tromper l'incrédule Bruce Wayne. La puissance de cette illusion conjuguée à l'alliance d'une plastique et d'un esprit exceptionnels mais fabriqués s'accompagne d'un sentiment de gêne. Par conséquent, la sylphide d'acier a toute sa place dans la galerie des vilains dérangeants de Batman TAS.



















Notes sur le design

En civil, Randa Duane porte une veste et une jupe blanches. À Cybertron, elle endosse une combinaison moulante bleue. Sa coupe de cheveux et son visage ont été inspirés par le look de Marilyn Monroe. Son design général a peut-être aussi à voir avec la James-Bond girl Pussy Galore.


Voix originale

En VO, Randa Duane gagne une voix par la non moins blonde et plantureuse Leslie Easterbrook. On peut penser que si le choix s'est porté sur elle, c'est grâce à sa présence dans la série Laverne & Shirley où elle jouait Rhonda Lee, un personnage désireux de réussir à Hollywood et évoquant globalement Marilyn Monroe.

Voix françaises

En VF, le personnage a été doublé par deux comédiennes.

Épisodes

Légende :
 : épisodes-clés exposant les origines du personnage ou relatant des évènements dont les conséquences seront importantes dans la vie de celui-ci.
(caméo) : épisode dans lequel le personnage n'apparaît qu'un bref instant, généralement sans avoir de réplique.
(mentionné) : épisode dans lequel le personnage n'apparaît pas mais dans lequel il est mentionné.

Batman TAS :

DCUA Original Movies :

Références

Sources images et infos :